Sur le terrain

La CFDT sera présente aux foires de Cournon et Monluçon en septembre

La CFDT sera une nouvelle fois présente à la foire internationale de Cournon qui se tiendra du 6 au 15 septembre ainsi qu'à la foire de Montluçon qui se déroulera du 25 septembre au 5 octobre.

Vous pourrez y rencontrer des militants des unions départementales (Puy de Dôme et Allier) et des syndicats professionnels qui seront à votre disposition pour répondre à vos questions.

Rassemblement contre le travail du dimanche à Perpignan

Vendredi 4 juillet 2014, les syndicat des Pyrénées Orientales se sont rassemblés devant la préfecture de Perpignan pour manifester leur opposition à la généralisation du travail du dimanche.

Pour en savoir plus :

Vous trouverez ci-joints l'appel intersyndical et le tract de la section CFDT AUCHAN.

 

50 militants CFDT fêteront les 50 ans de la CFDT dans les trams et les zones commerciales de Montpellier

Gonflés à bloc après le congrès de la CFDT qui vient de se terminer, les militants CFDT investiront le mercredi 11 juin les rues commerciales de

Montpellier pour aller à la rencontre des salariés et des étudiants. Dès 8h30, une vague orange déferlera dans les trams de la ville.

Cette journée d’action sera ponctuée de temps de rassemblement, notamment à 13h00 sur la place de la comédie.

Le syndicat des Services et Commerce de l’Hérault qui coordonne cette opération connaît une progression régulière du nombre de
ses adhérents. Les salariés qui le rejoignent travaillent dans des secteurs particulièrement impactés par le temps partiel et les
contrats précaires : hôtellerie, restauration, commerce, grande distribution, services à la personne…

Distribution de tracts pour faire connaître la CFDT et échanges avec les Montpelliérains animeront cette journée.

Graves menaces sur l'apprentissage en Haute-Saône

photo2 3-1Depuis plusieurs années, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA) de la Haute-Saône (70) a des problèmes sérieux de gestion, qui la conduisent aujourd’hui a une crise financière et humaine grave et sans précédent. Son personnel n’est nullement responsable de la gestion désastreuse de la Chambre de métiers et en a déjà payé un lourd tribut : par le manque d’entretien des bâtiments et des équipements et également par l’insuffisance de l’investissement.

Les solutions proposées par la Secrétaire générale et le Président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat sont aujourd’hui purement comptables, menacent l’apprentissage en Haute Saône et sont inacceptables :

ainsi, 11 personnes, 8 enseignants, 2 Agents CMA et le directeur du CFA sont menacées de licenciement.

Ces mesures ne permettraient plus de maintenir l’ensemble des formations dispensées à l’heure actuelle au Centre de Formation d’Apprentis (CFA) de la Haute-Saône. Sont menacées les filières de niveau IV (Baccalauréat Professionnel, Brevet Professionnel) qui forment  les futurs repreneurs et créateurs d’entreprises artisanales et par conséquent celles de niveau III (Brevet de Maîtrise). Les filières à effectif réduit sont également concernées.

De 1974 jusqu’à la mise en place du premier CFA en Haute-Saône en 1986, 292 jeunes Hauts-Saônois étaient réunis dans des locaux préfabriqués et travaillaient dans des conditions matérielles difficiles. En 1986, sur son site actuel, pour son ouverture, le CFA accueillait 533 apprentis pour atteindre l’effectif record de 873 en 2009. Ces jeunes composent aujourd’hui le tissu économique et artisanal du département. Ils peuvent se former dans des locaux adaptés et grâce aussi à une équipe performante d’enseignants et d’encadrement, obtenir des résultats très satisfaisants aux examens. La qualité du CFA est reconnue par tous, les médias s’en font souvent écho à travers les prestations des apprentis lors des concours, portes ouvertes, foires, forums… Le taux d’insertion des jeunes apprentis reste d’ailleurs exceptionnel.

Ces 11 licenciements, s’ils devaient se concrétiser, auraient des conséquences graves sur le climat social, l’avenir des formations, l’insertion des jeunes, la transmission des entreprises et le développement économique de l’artisanat et discréditeraient définitivement l’image de la Chambre de Métiers. La fermeture de l’antenne de Gray et le maintient de seulement deux agents dans celle de Vesoul constitueraient un handicap certain aux actions de développement économique et aux actions de formation continue sur tout l'ouest du département.

Devant ce constat, est-il concevable de faire payer lourdement à l’apprentissage et au CFA les erreurs de gestion et de management de la CMA (Gestion humaine déplorable, non respect du statut du personnel, pédagogie au rabais) ?

L’analyse des budgets fait ressortir des comptes erronés attribuant le déficit au fonctionnement du CFA alors qu’il en est rien. Exemple flagrant :
  • le transfert de charges et de salaires de la CMA sur les comptes du CFA qui s’avère infondé (exemple : 60 % du salaire de la Secrétaire Générale financé par le CFA),
  • le déficit imputé à tord à la diminution de l’effectif des apprentis : baisse de 162 520 € de subvention du Conseil Régional, alors que parallèlement la baisse de la masse salariale du CFA est de 228 653 € sur 2012 et 2013.

Pour pallier ces difficultés, les représentants du personnel ont proposé des pistes de réflexion : prospection de Maîtres d’Apprentissage, ouverture d’une table ronde sur le financement de la CMA 70 et de son CFA, expertise financière indépendante, GPEC (Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences), CPA (Cessation Progressive d’Activité)… aucune de ces propositions n’a été étudiée par la CMA.

Devant ces perspectives alarmantes compromettant l’apprentissage en Haute-Saône, le personnel du CFA et de la CMA se mobilisent pour convaincre les partenaires des conséquences de ces décisions et de leur caractère irrémédiable. Les salariés sont inquiets de l'absence de stratégie et de perspective pour l'ensemble du CFA et de la CMA.

Section Syndicale CFDT CMA /CFA de la Haute-Saône.
Délégué Syndical et représentants du personnel
photo1 3-1

La CFDT arrive chez APETITO

La CFDT a créé une nouvelle section syndicale chez APETITO, une PME de la restauration collective.

La CFDT veut être partout pour être entendue dans toutes les entreprises de la restauration collective*, quelque soit leur taille, comme des autres branches.

 

Se débrouiller seul au travail,
est-ce possible ?


Avec la CFDT,
je bénéficie d'un soutien.

C'est l'organisation syndicale française la plus implantée dans les entreprises, les administrations, les services publics.

Sur mon lieu de travail, ce soint des hommes et des femmes qui s'engagent pour améliorer mes conditions de travail, négocier les salaires, m'écouter, me renseigner sur toutes les questions que je me pose dans ma vie professionnelle, sur mes droits, mais aussi sur ma santé, ma retraite, le logement...


Avec la CFDT,
je ne subis plus, j'agis !

J'ai un réseau de collègues, une équioe, on ne se laisse pas faire, on est solidaires.

Les adhérents de la CFDT pensent qu'un syndicat ne sert pas toujours à dire non, qu'il peut aussi dire oui quand il négocie des droits nouveaux, quand il défend les intérêts des salariés.

Je peux influer sur mon destin au travail. Je m'engage pour un syndicalisme utile, humain, constructif, à l'écoute.

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos