Hôtellerie, Tourisme, Restauration

Rencontre internationale des travailleurs-euses de la restauration rapide

La Fédération des Services comptait parmi les acteurs réunis en Angleterre à l’occasion de la rencontre des travailleurs-euses de la restauration rapide organisée par l’UITA (Union internationale des travailleurs de l’alimentation, de l’agriculture, de l’hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes).

La première journée, ce lundi 3 octobre, a permis d’aborder l’actualité syndicale mondiale, dans le secteur de la restauration rapide qui, au-delà des frontières, connaît de nombreux points de tension :

  • Le mouvement des « Fight for 15$ » aux Etats-Unis et contre le harcèlement sexuel par le syndicat américain SEIU (début du mouvement 7$/H aujourd’hui 10$/h avec 10 grandes villes en grèves) ;
  • Les grèves dans l’entreprise TGI Fridays à Londres à cause du harcèlement sexuel, de la récupération des pourboires par l’entreprise, des abus des contrats 0H et la reconnaissance du syndicats d’entreprise par le syndicat UNITE the UNION ;
  • Les grèves chez McDonald’s au Royaume-Uni, contre le harcèlement, les congés non payés, les abus des contrats 0H du syndicat d’entreprise par le syndicat des BFWAU (syndicat des boulangers et des travailleurs de la restauration ;
  • Un rapport sur McDonald’s écrit par un chercheur, le Professeur Tony Royle, sur les différences de politique sociale pratiquées par McDonald’s dans le monde ;
  • Les tentatives de dialogue social avec McDonald’s au niveau européen avec l’EFFAT (Fédération Européenne des Syndicats de l'Alimentation, de l'Agriculture et du Tourisme) ainsi que l’évasion fiscale des grandes enseignes du secteur de la restauration rapide (StarbucksMcDonald’s, Burger King), face auxquelles l’Union européenne reste encore trop silencieuse ;
  • La volonté de créer un mouvement international avec des actions simultanées partout dans le monde, la cible étant McDonald’s. 

Comme un symbole d’une détermination sans faille des organisations syndicales mondiales pour tous les salariés de la restauration rapide, les participants ont rejoint une manifestation des travailleurs de la restauration à Leicester Square, devant un McDonald’s (voir la galerie de photos ci-dessous).

Signature d’un accord mondial à Partouche : une première dans les groupes casinotiers français

La CFDT Services a participé le 17 septembre à une première dans le secteur des casinos : la signature d’un accord mondial entre le Groupe casinotiers PARTOUCHE, et la fédération syndicale internationale UNI Global Union.

La Secrétaire générale d’UNI, Christy Hoffman, le secrétaire régional Europe, Oliver Roethig et la responsable du secteur jeu, Giedre Lelyte, la Présidente d’UNI jeu Pilar Rato Rodriguez, et le Vice-Président UNI Jeux Europe, Jean Christophe Tirat étaient réunis pour cet événement avec le groupe Partouche, représenté par Ari Sebag.

Cet accord consacre l'engagement de l'entreprise sur les droits des salariés comme la sécurité et la santé au travail, les libertés syndicales de négociation et d’adhésion, le respect des droits humains et des normes de l’OIT etc.

Bien que non-contraignants, les accords mondiaux sont des accords de principes qui engagent l’éthique et l’action des entreprises.

Les fédérations syndicales françaises FEC-FO et la CFDT Services ont participé à l’initiative d’un tel accord, qui est un signe positif en faveur du bien-être au travail.

Un exemple à suivre pour les groupes de casinos français qui se développent aussi à l’international.

Communiqué intégral d’UNI :

https://www.uniglobalunion.org/fr/news/laccord-mondial-conclu-entre-le-groupe-partouche-et-uni-global-union-ameliore-les-normes-du

VVF Villages : la belle progression de la CFDT

L’enseigne du tourisme social VVF a connu cet été les élections pour le passage au CSE.

L’équipe CFDT est passée deuxième organisation syndicale, avec 4 élus (dont 2 au deuxième tour) et un score de 22,97% des voix. C’est un résultat au beau fixe pour l’équipe qui était à peine représentative lors des élections de 2014 (11,32%).

Pendant 4 ans, emmenée par Rachel Maillet et Eric Varin, la CFDT n’a pas tari d’efforts pour soutenir les salariés et prouver l’importance du rôle syndical en entreprise :
  • Déplacements dans les villages pour améliorer les conditions de travail et aider à la résolution de conflits ;
  • Soutien à toutes les catégories de salariés : création de la lettre d’information pour les cadres, appui spécifiques aux saisonniers et réponses à toutes les sollicitations des salariés ;
  • Participation active et construite en négociations d’entreprise et nationale : salaires, droit à la déconnexion, prévoyance etc. Aucun thème n’a été mis de côté et la CFDT a insisté sur la communication et l’information pour expliquer ses positions et recueillir les avis ;
  • Développement de communication pour informer les salariés : site FB, deux lettres d’informations etc.

La Fédération des services félicite vivement toute l’équipe VVF et salue la mobilisation collective de l’organisation qui les a soutenus : services communication et développement, syndicats locaux et la CFDT cadres.

Les résultats :
  • CGT : 56,31%
  • CFDT : 22,97%
  • CFTC : 20,70%

Les négociations nationales dans les Hôtels Cafés Restaurants ? Une grille de salaire et puis c’est tout ! répond le patronat.

Depuis 2017, le patronat impose le « sur place » sur des sujets tels que le travail du dimanche, le toilettage de la grille de classification, les chèques vacances, les saisonniers, et une multitude d’autres thèmes restés en suspens...

Il a fallu batailler dur pour arracher l’accord de revalorisation des salaires minima qui fait bénéficier aux salariés d’une augmentation moyenne de 1,4% tous niveaux confondus.

Or, la négociation salariale n’est qu’un des sujets de négociations sur plus d’une dizaine de thèmes obligatoires (handicap, égalité pro, etc.).

La CFDT exige des véritables négociations et non des négociations de façade pour les 800 000 salariés de la branche, dont la majorité sont des salariés précaires avec des conditions de travail de plus en plus pénibles.

La branche ne peut gagner en attractivité si le collège patronal continue de cultiver une déliquescence du dialogue social.

La CFDT a pris ses responsabilités en faisant des propositions constructives et réalistes, lors des commissions paritaires.

Au tour des autres partenaires sociaux de la branche d’assumer leurs responsabilités.

La CFDT fait un bond de 11 points chez Casino restauration !

Chez Casino restauration, la CFDT tient son rang de deuxième organisation syndicale et fait un bond de 11 points.

Ce résultat illustre bien la belle dynamique qui anime l’équipe qui appelait les 560 salariés à voter en faveur d’un syndicalisme force de proposition.

Les résultats :
  • CFDT 31,58%
  • FO 38,72%
  • CGC 29,70%

L’UNSA n’est plus représentative.

Outils

Partenaires

A propos