DECATHLON soigne ses affinités syndicales et ferme tranquillement un cinquième magasin.

Après une baisse des effectifs de 1000 salariés, le groupe MULLIEZ tente de jouer la carte de la discrétion sur les fermetures de magasins de DECATHLON (314 magasins).

Bien connu pour ses affinités syndicales très ciblées, les responsables de DECATHLON viennent de consulter les représentants du personnel sur la fermeture du magasin de Châtillon. La règle du jeu n’a pas été celle d’un dialogue social loyal.

La CFDT regrette l’avis favorable émis par le syndicat majoritaire alors que les garanties pour le reclassement des 25 salariés concernés ne sont pas suffisantes pour une entreprise comme DECATHLON.

La fermeture du magasin de Châtillon est la cinquième sur une période d’un an.

250 millions d'euros, c’est le montant annuel moyen des dividendes pour les actionnaires familiaux.

497 millions d'euros, c’est le résultat net de l’enseigne pour 2018.

DECATHLON continue à faire du salarié sa variable d’ajustement.

La CFDT n’en sera jamais complice et continuera à le dénoncer et à agir.

Chambre de métiers d’Ille-et-Vilaine : la CFDT dit NON au transfert des activités de son CFA et à la création d’une " Société par Actions Simplifiée"

La CFDT vient d’alerter le Ministère de l’Economie et des Finances sur le projet de la chambre de métiers et de l’artisanat d’Ille et Vilaine (CMA 35) qui envisage l’externalisation de son Centre de Formation d'Apprentis dont elle a actuellement la gestion.

L’assemblée générale de cette CMA a voté le 18 juillet dernier, le transfert des activités de son CFA et  la création d’une « Société par Actions Simplifiée » dénommée ‘SAS Faculté des Métiers’ qui serait dirigée à parité avec la Chambre de Commerce et d'Industrie.

Ce projet pourrait avoir de très graves conséquences sur le devenir des missions de formation de cette CMA, sur l’emploi, les conditions de travail et sur le climat social dans cet établissement public.

Ce CFA de la CMA 35 est composé de 3 établissements situés à Bruz, Fougères et Saint Malo et il accueille chaque année près de 2 000 apprentis se formant aux métiers de l'artisanat. Il emploie plus de 150 agents enseignants et administratifs qui relèvent du statut des personnels des CMA issu de la loi de 1952. Connaissant une situation financière équilibrée, il est actuellement en capacité de mettre en œuvre les dispositions de la réforme de l’apprentissage issue de la loi avenir professionnel.

Le premier projet de la SAS Faculté des Métiers serait d'ouvrir une antenne de l'école Ferrandi, sous un système de franchise, en investissant plusieurs millions d’euros dans la création d'un plateau technique et d'un restaurant pédagogique dans les locaux de la CMA 35 au centre de Rennes. (Cf. article de presse de Ouest France du 17 juin dernier). Ces formations de niveau Bachelor à temps plein seraient dispensées moyennant une participation de chaque candidat de 11 500€ par an pendant 3 ans.

La CFDT s’interroge sur l’intérêt  d’un tel projet  mercantile  pour un établissement public et sur son  lien avec le développement de l’apprentissage dans le secteur de l’artisanat au niveau départemental, mais aussi sur son financement avec des fonds et un patrimoine publics.

Selon la direction de la CMA35, les agents du CFA de la CMA 35 deviendraient avec la création de la SAS automatiquement des salariés de la nouvelle entité, et ils passeraient selon elle, d'un statut de droit public à un statut de droit privé sans tenir compte des contrats de travail antérieurs et sans concertation avec les syndicats et les élus des salariés (propos tenus lors des réunions de la CPL et du personnel du  07 juin dernier) .

Pour la CFDT, la légalité de ce projet de transfert est contestable au vu des règles de droit et des jurisprudences.

De plus, la décision de l’Assemblée générale de la CMA 35 du 18 juillet, dont l’impact est déterminant pour le devenir des missions de cette compagnie, intervient postérieurement à la promulgation de la loi PACTE qui prévoit la régionalisation du réseau des CMA au premier janvier 2021.

Ce projet de SAS Faculté des Métiers a d’ores et déjà pour conséquences de déstabiliser la mise en place de ce processus qui s’impose à l’ensemble des CMA de la région Bretagne.

Par ailleurs, les propos de la direction de la CMA 35, lors des réunions du 07 juin 2019, encourageant  les agents qui seraient en désaccord avec ce projet à partir, sont d’une extrême gravité.

Ces annonces ont inévitablement des conséquences délétères sur le climat social et génèrent chez le personnel des risques psycho-sociaux pressentis dès les premières annonces de ce projet.

A l’appel de l’intersyndicale CFDT-CGT, une première mobilisation des personnels a eu lieu le 18 juillet lors de l’assemblée générale de la CMA 35. D’autres actions pourraient intervenir prochainement.

Compte tenu de ces éléments, la CFDT demande l’abandon de ce projet funeste de SAS qui ne  pourra que nuire à l’ensemble du réseau des CMA en Bretagne

La   CFDT propose  l’organisation d’une table ronde avec la tutelle régionale pour permettre à cet établissement public de se préparer aux réformes des CMA.

A cet effet, la CFDT a demandé une audience à Madame la Préfète de la Région Bretagne.

Le mercredi 28 août à Rennes, une délégation de la CFDT a été reçue par le Secrétaire Général des Affaires Régionales à la préfecture de Région.

 

Elections chez Belambra : la CFDT formule 27 propositions !

Les élections pour la mise en place du comité social et économique (CSE) dans l'entreprise de tourisme BELAMBRA se déroulera le mardi 3 septembre. LA CFDT propose une liste de candidates et de candidates qui ont travaillé sur un projet ambitieux avec pas moins de 27 propositions. 

La profession de foi de l'équipe est en pièce jointe. 

Plan d'action petite enfance : la CFDT participe et propose !

Lancé le 15 novembre 2016 par Laurence Rossignol, le plan d’action petite enfance a pour objectif de donner une nouvelle impulsion à l’ensemble du secteur de l’accueil du jeune enfant.

Ce Plan a été nourri par le rapport de Sylviane GIAMPINO, remis en mai 2016, sur l’adaptation des modes d’accueil et de la formation des professionnels de la petite enfance aux besoins de l’enfant. Il s’articule autour de 16 axes directeurs qui s’inscrivent dans trois grands objectifs :

  •  Définir un cadre commun à l’accueil des jeunes enfants ;
  •  Promouvoir le développement d’un accueil de qualité, ouvert, réflexif, pluridisciplinaire et sans stéréotypes ;
  •  Permettre une formation des professionnels mieux adaptée aux enjeux de notre société.

A une question écrite à l’Assemblée Nationale sur le besoin d’attractivité du métier d’assistant maternelle, le ministère de la famille a répondu en avril dernier préparer « des réponses nécessairement plurielles devant permettre de renforcer l'attractivité du métier d'assistants maternels. Il travaille en particulier sur :

  • Une meilleure formation préalable à l'agrément (réforme en 2018, avec des dispenses de formation pour les personnes ayant une expérience ou des qualifications pertinentes afin de ne pas freiner les reconversions) ;
  • Plus de formation continue, notamment à travers le plan exceptionnel de formation "Ambition 600 000" (2019-2022) prévu par la stratégie nationale de la prévention et de lutte contre la pauvreté ;
  • Un meilleur accompagnement, notamment par les relais d'assistants maternels que la nouvelle convention d'objectifs et de gestion Etat-CNAF permettra de renforcer ;
  • Une meilleure reconnaissance et un encadrement plus précis de l'exercice en maison d'assistants maternels afin d'en diffuser le recours ;
  • Une meilleure organisation des possibilités de remplacements ;
  • La santé au travail ;
  • Les règles d'indemnisation du chômage (en particulier dans les cas de refus de vaccination de l'enfant par les parents).

Renforcer l'attractivité du métier d'assistant maternel est un objectif de la politique du ministère des solidarités et de la santé en faveur du développement des modes d'accueil. Dès cette année, les travaux de simplification du cadre normatif des modes d'accueil du jeune enfant entamés dans le cadre de l'article 50 de la loi pour un Etat au service d'une société de confiance y contribueront »

Dernière phase de la large consultation, le projet de réforme a été présenté à chaque partenaire social par la Direction Générale de la Cohésion Sociale (DGCS) et la CFDT a pu, grâce au travail des Fédérations Services, Interco et Santé-Sociaux, remettre mi-juillet une contribution écrite concernant ses trois champs fédéraux (accueil individuel et accueil collectif des collectivités et privées à but lucratif et à but non lucratif).

La contribution de la CFDT est disponible en pièce jointe. 

 

Toupargel : les dirigeants en fuite et un accord signé ?

Toupargel a annoncé fin mai la suppression de 275 emplois. Les négociations sur le plan de sauvegarde de l’emploi ont été engagées avec les organisations syndicales CFDT-CGT-FO-CFTC et CGC/CFE qui ont décidé de porter leurs revendications en intersyndicale.

Outre le fait que ces négociations sont menées dans un climat houleux, avec pour seule interlocutrice la juriste de l’entreprise, la CFDT s’inquiète des conditions de mise en œuvre du PSE alors que les dirigeants ont purement et simplement disparu !

Les dirigeants de Toupargel répondent aux abonnés absents et ont semble-t-il choisi de fuir leurs responsabilités.

Pour la Fédération des Services CFDT, il n’est pas question de laisser les salariés dans l’angoisse et sans réponses sur leur avenir.

Toupargel doit faire face à ses échecs et mettre sur la table tous les moyens pour sécuriser l’avenir professionnels des salariés qui vont être licenciés.

En effet, les contreparties et compensations que la direction propose dans l’accord majoritaire sont indignes et dérisoires avec même une forme de chantage de la direction pour éviter les éventuelles contentieux que les salariés pourraient être amenés à déclencher.

Il est également à déplorer le manque d’évolution de carrières des salariés !

Chez Toupargel c’est : pas de reconnaissance de l'ancienneté, pas de reconnaissance du travail, pas de reconnaissance de la pénibilité. Les salariés espéraient que l'entreprise ait une reconnaissance à la fin anticipée et subie de leurs carrières mais nous constatons que le mot reconnaissance reste un mot tabou chez Toupargel."

Nous sommes également inquiets quant à l’avenir des salariés qui resteront dans l’entreprise après le PSE.

Dans sa finalité, l’accord a été signé par la CFE /CGC, CFTC et FO.

La résolution CFDT-Services 2019-2023

Lors du quinzième congrès de la Fédération des Services qui s'est tenu du 25 au 28 juin à Lyon, les syndicats des Services ont adopté à 88.14 % l'avant projet de résolution. 

Téléchargez la feuille de route de la fédération pour 2019-2023. 

La coordination régionale CFDT des Chambres de Métiers et de l’Artisanat de Bretagne est créée !

Le mercredi 10 juillet 2019, à St Brieuc, en présence de Dominique VOUILLAT, représentant national CFDT CMA, les délégués syndicaux et des élus du personnel CFDT des CMA 22 (Côte d’Armor), CMA 29 (Finistère), CMA 35 (Ille et Vilaine), CMA 56 (Morbihan) et de la CRMA Bretagne se sont réunis pour créer officiellement la « COORDINATION REGIONALE CFDT CMA BRETAGNE ». Cette première réunion a permis de mettre en œuvre une réflexion commune et d'élaborer une stratégie unitaire à l'échelon régional face notamment à la future régionalisation et aux différentes réformes. Le rendez-vous est pris au second semestre pour travailler plus en avant sur les chantiers de la régionalisation, la coordination sera l’interlocuteur incontournable dans le cadre du dialogue social avec les directions.

Contact CFDT : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comité central d’entreprise de Conforama : Les dirigeants doivent revenir autour de la table et rendre des comptes aux salariés !

Alors que le comité central d’entreprise (CCE) devait se poursuivre ce matin sur la présentation du plan de restructuration de Conforama, ses dirigeants ont quitté la réunion pour fuir des salariés venus faire entendre leur colère pourtant bien légitime.

La CFDT demande aux responsables de Conforama de prendre leurs responsabilités et de faire face aux salariés ainsi qu’à leurs représentants.

Le CCE doit reprendre dès aujourd’hui, la CFDT ne laissera pas  la Direction de Conforama faire l’économie d’explications.

Les salariés veulent des réponses à leurs questions.

Pour la CFDT, il n’est pas question de laisser faire.

Elle continuera à se mobiliser pour ne pas laisser faire n'importe quoi avec l’avenir des salariés.

Conforama : les limites de la négligence patronale sont largement dépassées

La CFDT alerte depuis plusieurs années sur les errements stratégiques des responsables de Conforama et sur leur refus assumé de s’engager dans un dialogue social loyal.

La menace de suppression de 2000 postes a été relayée dans la presse dès février dernier, avant même que n’en soient informées les organisations syndicales.

Comme lors des plans de sauvegardes pour l’emploi mis en œuvre en 2013, 2014 et particulièrement en 2016, la CFDT avait pointé les failles stratégiques et les risques pour les salariés.

Conforama fait de la négligence sa marque de fabrique.

Jusque-là le pire avait été évité mais cette fois, les salariés vont devoir assumer les conséquences de l’irresponsabilité des dirigeants.

Pour la CFDT, c’est le rôle du ministère de l’Economie, déjà saisi de ce dossier, de taper du poing sur la table.

De son côté, la CFDT activera tous les recours pour faire cesser cette forme avérée de délinquance patronale.

Prévention des risques psycho-sociaux : la CFDT signe l'accord national de prévention pour les Chambres des métiers et de l'artisanat

La CFDT, première organisation syndicale dans le réseau des CMA, a co-signé avec le Président de CMA FRANCE l’accord national de prévention des risques psycho-sociaux (RPS) le mercredi 19 juin.

Cet accord négocié dans le cadre de l’ONE (observatoire national des emplois) fait suite à des propositions de la CFDT pour que le réseau des CMA s’engage dans la prévention des RPS et dans la lutte contre les situations de harcèlement au travail.

Il constitue une étape importante pour une prise de conscience collective des partenaires sociaux sur ce thème central pour la protection de la santé des agents.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos