GROUPE KINGFISHER / CASTORAMA : la CFDT CASTORAMA est en colère et se mobilise avec les salariés

Dans le cadre de sa stratégie, KINGFISHER, impose à ses 2 enseignes françaises, CASTORAMA et BRICO DEPOT des orientations « low cost ».

Développer une politique tournée vers le client et chercher à être plus compétitif a du sens, sacrifier les salariés sur l’autel de la rentabilité est irresponsable… Les stratégies reposant uniquement sur les gains financiers à très court terme engagent également la pérennité des entreprises.

Le groupe poursuit sa politique de rémunération des actionnaires, 430 millions de livres versés en 2016.

Pour tenir son engagement auprès des actionnaires d’accroitre leurs dividendes de 600 millions de livres sur les 3 prochaines années, Kingfisher n’hésite pas à supprimer des métiers et à délocaliser en Pologne une partie de ses activités.

Les 40 millions d’euros  au titre des allègements de charges sociales et de CICE que Castorama a perçu en 2016, tout comme le montant identique qu’elle percevra en 2017, ne satisfont pas l’appétit financier démesuré des actionnaires.

Les 500 familles potentiellement touchées par un plan de sauvegarde de l’emploi ne sont que les premiers dommages collatéraux de cette folle course aux profits.

La CFDT dénonce de telles pratiques et s’insurge de l’utilisation faite des impôts des citoyens.

La CFDT se mobilise et sera aux côtés des salariés le  1er décembre pour défendre leurs intérêts, dans les magasins Castorama et au siège de KingFisher.

En savoir plus

L’intersyndicale CFDT, CGT, FO, CFTC et CFE-CGC a également lancé une pétition >>> sur change.org

Vente de Bricorama au réseau des Mousquetaires : la CFDT est aux aguets pour la sauvegarde de l’emploi

C’est une annonce qui a été faite brutalement et au téléphone par la direction aux représentants du personnel : le président de Bricorama vend son enseigne de bricolage Bricorama SA et SAS au groupement des Intermarchés qui s’organise en réseau de franchisés. 3000 salarié-es répartis dans 107 magasins intégrés plus la centrale d'achat Bricorama ainsi que 57 magasins franchisés sont concerné-es. La méthode employée pour informer les instances représentatives – en même temps que les médias voire même après – est critiquable et ne laisse pas présager de volonté d’associer loyalement les élus du personnel. C’est l’une des raisons qui provoque l’inquiétude de la CFDT Bricorama, deuxième organisation syndicale dans l’entreprise avec 31%.

La CFDT par le biais de son délégué syndical central et secrétaire adjoint du CCE Bricorama UES s’inquiète de l’impact sur l’emploi de cette vente et s’attend à des suppressions de postes ou des modifications de contrat à la défaveur des salariés, « Nous avons été choqués par l’annonce de la vente car nous ne nous y attendions pas et surtout les salariés l'ont appris par la presse. Une méthode qui montre le niveau de considération du président de Bricorama pour ses salarié-es ! » s’insurge Alain Laisné, délégué syndical central à Bricorama, « nous savons que nous devrons veiller au moindre détail, sur les reclassements en particulier et sur nos acquis sociaux rajoute-t-il.

La vigilance est de mise à la CFDT Bricorama qui se prépare au comité central d’entreprise qui aura lieu le 17 juillet.

Les salariés doivent être solidaires dans cette épreuve , il pourront compter sur une CFDT combattive qui ne laissera rien au hasard et qui rendra compte aux salariés des tenants et aboutissants des décisions prises par le comité centrale d'entreprise.

  • Publié dans Commerce

Travail du dimanche à Bricorama : lettre ouverte de la CFDT pour demander un accord d’entreprise

Le PDG de Bricorama a décidé de dénoncer l’accord d’entreprise sur le travail du dimanche qui garantissait une majoration de 200%.

Cette décision unilatérale impacte directement le pouvoir d’achat des salarié.e.s ainsi que leur organisation de leur travail.

La CFDT Bricorama a adressé au PDG une lettre dans laquelle elle demande l’ouverture d’une négociation pour qu’un nouvel accord d’entreprise soit mis en œuvre avec l’encadrement du volontariat et la garantie d’une rémunération juste pour ce jour travaillé.

Le dimanche n’est pas un jour comme les autres, le travail ce jour-là ne doit pas se faire sans contreparties sérieuses !

S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos