La CFDT s’invite chez l’Hyper-U de Clermont l’Hérault #ChangeonsLeTravail

Le 9 novembre dernier, dans le cadre de la journée de mobilisation CFDT #ChangeonsLeTravail, les militants et militantes du Syndicat des Services de l’Hérault (Syser 34) se sont lancés un pari.  Rencontrer des salariés du supermarché Hyper U à Clermont l’Hérault, où la CFDT n’était jusque-là pas implantée.

Cette action de proximité avait plusieurs objectifs :

  • Faire mieux connaître le syndicalisme que défend la CFDT.
  • Rendre plus visibles la CFDT dans les entreprises et expliquer son utilité.
  • Echanger avec les salariés sur leur quotidien professionnel et les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans l’entreprise.

Article Hérault

Pour Philippe Asker, secrétaire général du syndicat Syser 34, ce type d’initiative est primordial pour changer la vision que peuvent avoir les salariés sur le syndicalisme et développer la présence de la CFDT dans les entreprises. Cette mobilisation était d’autant plus importante que la CFDT n’était pas représentée jusqu’alors dans le magasin. Une initiative utile pour les salariés et qui se solde par une adhésion et 12 promesses d’adhésion à la CFDT !

Preuve que c’est avant tout notre présence auprès d’eux qui convainc les salariés de nous rejoindre.

Les partenaires sociaux du Commerce et de la Distribution et l’Etat s’engagent au service de l’emploi

La Fédération des Services CFDT qui a adhéré à cet EDEC (Engagements de l’Emploi et des Compétences) dès sa conception était présente le 3 octobre lors de la signature par la Ministre du travail Muriel Pénicaud et les partenaires sociaux de cet accord cadre national. Patricia Bigot et Chrystelle DERIEN, vice-présidentes des CPNEFP (Commission paritaire nationale de l'emploi et de la formation professionnelle) des branches Succursalistes de l’Habillement et Bricolage représentaient la Fédération.

Pourquoi et pour qui un EDEC ?

Tendances d’évolution :
  • La montée en puissance du numérique avec le développement des smartphones et des objets connectés. Le commerce connecté bouleverse les organisations : la digitalisation des points de vente engendre de nouvelles tâches, mais aussi de nouveaux métiers, et donc de nouvelles compétences ;
  • L’omnicanal qui conduit les acteurs du commerce de détail et de la distribution à s’adapter aux envies et impératifs d’achats du client qui devient le canal : il n’y a plus aucune coupure entre les canaux et le meilleur atout est la « data ».
  • Le shopping dans le cadre de pratiques collaboratives : le contexte économique incite à consommer différemment et favorise l’économie circulaire : crowdfunding, co-voiturage, dépôt-vente. 
S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos