La forte mobilisation des salarié-es de FDG a produit des résultats : la reprise des négociations a permis d’aboutir à des avancées

L’intersyndicale CFDT –CGT-CFE/CGC et FO avait appelé les salarié-es à la grève suite à des négociations annuelles obligatoires infructueuses dans l’entreprise de commerce de gros FDG Group. Le succès de la mobilisation, avec 75 % des salarié-es en grève fin juin, a permis la réouverture des négociations. Si celles-ci ont été tendues, elles ont néanmoins permis d’aboutir au bout de deux jours à une sortie de crise avec des avancées satisfaisantes :

  • l’augmentation de 15 € en supplément des 15 € déjà accordés lors de la première négociation d'avril 2017 avec rappel à partir d'avril. Cela représente sur la paie de juillet une augmentation de 15 euros ainsi que 45 euros de rattrapage ;
  • l’augmentation d’environ 300 € par salarié du budget du CE ;
  • la finalisation et l’application des nouvelles rémunérations en janvier 2018 ;
  • la finalisation des fiches et l’application de postes logistique en janvier 2018 ;
  • l’ouverture de négociations pour un accord d’intéressement en 2018 ;
  • la neutralisation des effets négatifs sur les paies de la marchandise gratuite donnée aux clients.

L’union fait la force, les salariés de FDG l’ont bien compris et les résultats sont là.

Sauver l'emploi chez Vetura (Tati, Fabio Lucci, Dégrif Mania)

Les représentants des salariés de VETURA (Tati, Fabio Lucci, Dégrif Mania) ont demandé à Agora Distribution (groupe Eram) de privilégier la solution GIFI mais aussi d'y rattacher les offres du consortium* afin qu'un maximum de magasins et donc d'emplois soient préservés.

En effet, les élus CFDT-UNSA-CGT-CFTC de VETURA  ont toujours eu la volonté de préserver tant les emplois que l'enseigne.

L’offre combinée de GIFI avec le consortium permettrait d’atteindre ces deux objectifs.

C’est d’ailleurs cette même position que le tribunal de Bobigny a privilégiée lundi 29 mai 2017, en convoquant dès aujourd’hui les repreneurs afin de faire converger leurs offres.

Les élus du comité d’entreprise de VETURA veulent favoriser le montant alloué au plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) mais préfèrent néanmoins privilégier le nombre d’emplois sauvés et la sécurisation des parcours professionnels des salariés.

C’est pourquoi, la CFDT revendique d’ores-et-déjà les moyens pour  :

•le reclassement interne et externe ;
•la formation professionnelle qualifiante et diplômante des salariés qui seront concernés par le PSE ;
•l’accompagnement des salariés par des experts pour la recherche d'emploi ou la création d‘une entreprise. 
 

 * Foir'Fouille, Centrakor, Stokomani, Maxi Bazar et Dépôt Bingo 

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos