Hôtels Cafés Restaurants : la CFDT dit NON à la coupure de 5 heures pour les salariés à temps partiels

Sous prétexte de limiter le recours aux contrats à durée déterminée, les employeurs des HCR veulent imposer une coupure entre deux séquences de travail de 5 heures dans la même journée pour les salariés à temps partiel.

Cette durée contraignante est contraire à la loi qui n’en prévoit que 2 heures maximum (L. 3123-16). Pire, elle imposerait aux salariés de ces contrats précaires une amplitude de coupure plus importante que celle des salariés à temps plein (3 heures maximum).

Pour cette dérogation, les représentants des employeurs ne proposent aucune réelle contrepartie.

Pourtant, les coupures constituent une forme de pénibilité pour les salariés déjà en situation de précarité. Désorganisation, impossibilité d’avoir d’autre contrats, temps de transports supplémentaires ou être forcé de demeurer à proximité du lieu de travail, autant de contraintes imposées par le système des coupures et qui seraient aggravées par le passage aux 5 heures.

Si votre employeur vous propose un contrat avec 5 heures de coupure, il est dans l’illégalité même s’il a obtenu au préalable votre accord.

La CFDT, malgré son ouverture au dialogue, est défavorable à cette proposition patronale contraire aux intérêts des salariés et fera tout pour s’opposer si des organisations de salariés, moins scrupuleuses de la santé et des conditions de travail des salariés à temps partiel, allaient dans le sens du patronat.

Avec la CFDT, le refus de subir et halte au marché de dupes ! 

FRAM : renouer avec un dialogue social de qualité

Suite à l’appel intersyndical CFDT-CGT-FO, une cinquantaine de salariés FRAM se sont mobilisés pour dénoncer la dégradation de la situation sociale et économique de l’entreprise jeudi 24 novembre.

Réunis à Toulouse, ce rassemblement intervient un an après le rachat du Groupe par LBO France (Karavel), qui a éclaté FRAM en trois entités : FRAM SAS, AIR ASSIST et FRAM affaires. Depuis, l’activité économique n’a pas repris, aucune stratégie n’émerge à part la baisse de la masse salariale et la précarisation des emplois. 

La section CFDT propose à la direction de renouer avec le dialogue social pour trouver des solutions. Celles-ci doivent préserver des conditions de travail dignes pour les salariés qui seront  au cœur des enjeux de la remise sur pieds de FRAM.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

A propos