Fermeture du site Guilford Troisvilles : la CFDT appelle à une nouvelle mobilisation le 31 mai

Les salariés de Guilford Troisvilles ont décidé en assemblée générale de faire  grève le 31 mai, de 8h à 13h,  et d’organiser un rassemblement face à la sous-préfecture de Cambrai le même jour à 10h.

Ce rassemblement a pour objectif dans un premier temps de continuer à sensibiliser la population, la sous-préfecture, la Région et les services de l’État sur  la situation des salariés de Guilford Troisvilles. Dans un second temps de faire pression sur les décideurs du groupe Guilford Lear Corporation pour qu’ils reviennent sur leur décision de fermer le site .

Pour la CFDT, la fermeture du site Guilford Troisvilles aura deux impacts : la suppression des emplois et une nouvelle sanction pour le bassin d’emploi tant sur les commerces que sur l’attractivité de Troisvilles… A ce jour 42 emplois supprimés = 42 familles touchées.

Les élus CFDT sont décidés à utiliser tous les moyens pour éviter la fermeture de Guilford Troisvilles et rappeler la responsabilité du groupe Guilford Lear Corporation.

Si la fermeture ne peut être évitée, la CFDT exige des mesures d’accompagnement sérieuses pour garantir le parcours professionnel des salariés et leur permettre de retrouver un emploi le plus rapidement possible.

Voir aussi :

Fermeture de l’entreprise Guilford à Troisvilles (Nord-Pas-de-Calais) : la CFDT mobilisée

Suite à l'annonce de la fermeture de la société de textile Guilford à Troisvilles, qui occasionne la suppression de 42 emplois, la CFDT organise ce lundi 23 mai une mobilisation de 12h à 14h. L’enjeu est important puisqu’il s’agit de peser lors des négociations et d’obtenir de solides mesures d’accompagnement pour les salariés.

Les élus CFDT, soutenus par le syndicat des Services Sambre Escaut, vont dès ce jour porter leurs revendications :
  • Une indemnité supplémentaire de licenciement (dédommagement)
    Pour les salariés ayant
    • entre 1an et 10 ans d’ancienneté : 12 mois de salaires,
    • entre 11 ans et 14 ans d’ancienneté : 15 mois de salaires,
    • plus de 14 ans d’ancienneté :18 mois de salaires,
  • Un congé de reclassement supérieur à 12 mois (hors préavis)
    Et 18 mois pour les salariés les plus sensibles (plus de 50 ans, parents isolé(e)s, salariés ayant un handicap). Les élus demandent également que les trimestres soient cotisés pour les retraites complémentaires durant toute la durée du congé du reclassement.
  • Un congé de reclassement indemnisé à 85 % du salaire Brut, et 100 % pour les personnes jusqu’ à 1,5 le SMIC.
  • Un budget global de formation supérieur à 100 000 euros pour les personnes prenant le congé de reclassement
  • La prise en charge des frais de déplacements et de repas pour les personnes qui suivront des formations.
  • La participation mutuelle maintenue pendant 1 an après la sortie de l’entreprise et après le congé de reclassement.
  • L’accompagnement par la cellule de reclassement pendant 2 ans.
S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos