Grève nationale dans le groupe de distribution alimentaire Toupargel à l’appel de la CFDT

La CFDT tire la sonnette d’alarme sur les conditions de travail des télévendeurs, des attachés service client (livreur), des responsables des 150 agences de livraison et les pratiques managériales de la société TOUPARGEL

L’équipe CFDT regrette de constater que la direction juge les salariés de plus en plus sur leurs compétences personnelles (absentéisme, état d’esprit, disponibilité et la personnalité qui souvent sont mis en cause).

A bout, les salariés ont décidé de se mobiliser avec la CFDT et de faire grève samedi 15 et lundi 17 septembre. Une décision difficile qui résulte d’un ras-le-bol général.

Comme nous l’explique Laurent Tolédo, délégué syndical « La considération du télévendeur et d’autres métiers ont disparu. Les salariés sont mis en concurrence et à rude épreuve. Les conditions de travail se dégradent. Les salariés sont soumis à des objectifs presque irréalisables ».

Un tableau social alarmant que la CFDT ne se contente pas de dénoncer. La CFDT a aussi des propositions pour améliorer cette situation. En accord avec les salariés, la CFDT propose :
  • L’arrêt des enregistrements permanents : très mal vécus par les salariés de la télévente, les enregistrements sont en effet un moyen de pression supplémentaire pour intensifier le travail et le stress. Pour l’équipe CFDT, ce n’est certainement pas un enregistrement permanent qui améliorera la performance de l’entreprise. Cela est contre-productif.
  • L’arrêt de la nouvelle organisation relative aux ouvertures des samedis supplémentaires en agence de livraison.
  • D’assumer la décision concernant l’avenir des salariés de la logistique de Civrieux d’Azergues.

Déterminés à se faire entendre, les salariés s’annoncent déjà nombreux à répondre à l’appel de la CFDT. Rendez-vous samedi 15 et lundi 17 septembre pour soutenir cette mobilisation au service de l’intérêt général.


Le contexte expliqué par l’équipe

Le Groupe Toupargel est le leader français de la vente omni-canal et de la livraison à domicile de produits alimentaires. Son offre comprend, entre autre, plus de 1 200 références surgelées et épiceries, sélectionnées selon des critères de goût, d’origine, de savoir-faire et de gestion responsable. TOUPARGEL emploie 2653 collaborateurs, compte près d’un million de clients et effectue chaque jour 20 000 livraisons en France métropolitaine.

Depuis quelques années, TOUPARGEL fait face à une érosion de clients importante.

C’est pour cela que le Groupe TOUPARGEL, faisant suite à l’évolution de sa gouvernance, a lancé un nouveau plan stratégique en 2017, nommé Oxygène 2020, avec pour objectifs d’accroître le chiffre d’affaires, de retrouver la rentabilité et de s’ouvrir à de nouveaux marchés.
Dans une première phase, Oxygène 2020 vise à stabiliser les ventes de produits sur catalogues en se concentrant sur la clientèle traditionnelle et à accélérer le développement des ventes par canaux entrants (Internet entre autre) en parallèle, 
dès 2018, la direction a fait le choix :

De ne plus remplacer de salariés qui quitte l’entreprise du service développement qui était en charge de recherche de nouveaux clients par de la prospection.

La direction ajoute les samedis supplémentaires de livraison.

La direction ajoute l’enregistrement permanent pour noter les télévendeurs.

La direction prévoit de fermer la logistique de Civrieux d’Azergues, 40 salariés sont dans le flou le plus total concernant leur avenir au sein de la société TOUPARGEL.

Les revendications de la CFDT suite à la grève des salariés de TUI France

Tui France suite de la grèveLe 13 avril dernier, les salariés ont été appelés à se mobiliser pour demander une hausse collective justifiée des salaires et des recrutements. La CFDT a choisi d’être solidaire de la grève et analyse, dans un esprit constructif, les résultats de la mobilisation.

action reussieCe qui a été obtenu ?

La grève a débouché sur quelques engagements de la direction :

  • 40 embauches ;
  • Le paiement des heures supplémentaires effectuées depuis janvier ;
  • Une enveloppe 70 000 € pour les Chèque–Vacances pour 1 000 salariés (sic).

C’est peu mais c’est un début.

Pour la CFDT, ces efforts sont incomplets, nos revendications insistent sur :

  • Le 13ème mois pour 100% des salariés et pas uniquement pour 65%, les ex-salariés de Transat subissent injustement cette inégalité. La CFDT a d’ailleurs entamé une action en justice pour que tous les salariés aient un 13e mois. L’audience est fixée au 25 mai.
  • Des augmentations collectives pour l’ensemble des salariés. Chez TUI, il n’y a pas d’augmentation générale mais uniquement des enveloppes individuelles dont les attributions sont partiales, alors que les augmentations collectives favorisent une équité vers le haut de tous les salariés.

Forte de ces constats, la CFDT remercie à nouveau chaleureusement les salariés qui se sont mobilisés et tous ceux qui ont apporté du soutien pour le mouvement. Elle reste vigilante car les revendications pour défendre les salariés de TUI sont nombreuses.

Réagir

Contacter la CFDT TUI : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Débrayage dans les magasins Mr Bricolage le 25 avril

La CFDT, première organisation syndicale chez Mr Bricolage, appelle les salariés des 66 magasins de l’enseigne à débrayer entre 9h et 10h ce mercredi 25 avril.

Ce jour- là aura lieu en effet l’assemblée générale des actionnaires au siège de la société, à Saint -Mesmin (45).

Les élus du comité d’entreprise y manifesteront pour faire entendre la voix des salariés et dénoncer :

  • la dégradation des conditions de travail et de la qualité du service client,
  • le manque de reconnaissance et d’évolution professionnelle,
  • les inégalités salariales,
  • le manque d’effectifs récurrent qui a des répercussions néfastes au niveau des relations professionnelles et avec nos clients,
  • la remise en cause des acquis des salariés: la Direction envisage notamment la révision de l’aménagement du temps de travail (remise en question de la récupération des jours fériés, du paiement des heures supplémentaires avec le retour à l’annualisation du temps de travail…)

La CFDT pointe également entre autres la suppression progressive des contrats en équivalent temps plein. Entre 2013 et 2018 ce sont plus de 270 postes qui ont été supprimés, avec un impact néfaste sur les conditions de travail des équipes.

Un tableau social inquiétant pour la CFDT qui demande le respect des droits des salariés à bénéficier de bonnes conditions de travail et de davantage de reconnaissance.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos