Conforama : les limites de la négligence patronale sont largement dépassées

La CFDT alerte depuis plusieurs années sur les errements stratégiques des responsables de Conforama et sur leur refus assumé de s’engager dans un dialogue social loyal.

La menace de suppression de 2000 postes a été relayée dans la presse dès février dernier, avant même que n’en soient informées les organisations syndicales.

Comme lors des plans de sauvegardes pour l’emploi mis en œuvre en 2013, 2014 et particulièrement en 2016, la CFDT avait pointé les failles stratégiques et les risques pour les salariés.

Conforama fait de la négligence sa marque de fabrique.

Jusque-là le pire avait été évité mais cette fois, les salariés vont devoir assumer les conséquences de l’irresponsabilité des dirigeants.

Pour la CFDT, c’est le rôle du ministère de l’Economie, déjà saisi de ce dossier, de taper du poing sur la table.

De son côté, la CFDT activera tous les recours pour faire cesser cette forme avérée de délinquance patronale.

Castorama : La CFDT manifeste le mercredi 27 mars aux côtés de Laurent Berger et des salariés.

 

La semaine dernière, la CFDT, première organisation syndicale chez Castorama, apprenait l’intention du groupe Kingfisher de fermer neuf magasins Castorama et deux magasins Brico Dépôt en France d’ici 2020.

Après deux plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui ont touché 500 salariés, ce sont à présent 800 salariés et leur famille qui sont  sacrifiés sur l’autel du profit. Cela sans compter l’impact que ces fermetures auront sur les emplois indirects liés à l’activité de l’entreprise.

La CFDT, première organisation syndicale représentative chez Castorama, s’insurge de l’utilisation faite par Kingfisher France des impôts des citoyens (au travers des exonérations fiscales et des crédits d’impôts accordés aux grandes entreprises) qui ne servent ni à préserver la compétitivité du groupe, ni les emplois, mais à augmenter les dividendes reversés aux actionnaires.

La CFDT manifestera le mercredi 27 mars 2019, de 14h à 17h, sur l’esplanade de la Défense à Paris, aux côtés de Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, présent de 15h30 à 16h, et des salariés de Castorama.

La CFDT, mobilisée, exige que le groupe revoit sa politique de rationalisation des coûts concernant les effectifs et entend bien peser lors  des négociations du PSE qui vont débuter afin de défendre les droits des salariés.

Repères :

  • 13 000 salariés travaillent chez Castorama;
  • 102 établissements sont répartis sur l’ensemble du territoire français;
  • La CFDT est la première organisation syndicale chez Castorama avec 41,14%, devant FO (23,59%), la CGT (17,48%), la CFTC (12,04%) et la CGC (5,75%).

[Communiqué] Castorama : Dividendes augmentés pour les uns, emplois menacés pour les autres, la CFDT dénonce.

Le conseil d’administration du groupe britannique Kingfisher a décidé de fermer neuf magasins Castorama et deux magasins Brico Dépôt en France d’ici 2020, alors que le montant des dividendes versé aux actionnaires s’élève, comme prévu, à 431 millions d’euros en 2019.

La CFDT, premier syndicat français, est indignée par cette décision. Les 30 millions d’euros perçus annuellement par le groupe, grâce aux allègements fiscaux, n’ont servi qu’à augmenter les dividendes des actionnaires anglais. En conséquence, après la délocalisation de certaines activités en Pologne l’an dernier et la suppression des métiers comptables et d’assistants R.H au sein du groupe, un troisième Plan de sauvegarde de l’emploi se profile.

800 salariés et leur famille seront à coup sûr impactés par ces fermetures de magasins et leur avenir est désormais incertain. La CFDT, engagée depuis toujours au côté des salariés, dénonce le comportement immoral de ces financiers qui font totalement abstraction du sort de leurs employés.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos