Report du prélèvement à la source pour les salariés du particulier employeur et les assistants maternels

Du fait du retard pris pour la mise à disposition du service Tout-en-un, l’Etat a décidé de reporter la mise en place du Prélèvement A la Source (PAS) pour les salariés des particuliers (SPE et Ass Mat) qui ne débutera que le 1er janvier 2020.

Pour les particuliers-employeurs, rien ne change.

Par contre, pour le recouvrement de l’impôt sur les revenus de 2019 des 250 000 salariés de ces branches qui payent des impôts d’après la DGFiP, il ne se fera qu’entre septembre et novembre 2020. Donc, les salariés des particuliers ne paieront pas d’impôts en 2019 mais ils devront les payer en 2020 en même temps qu’ils paieront le PAS chaque mois pour les impôts sur les revenus de l’année 2020.

Il sera possible de faire des simulations pour connaitre le montant de cet impôt 2019 (sur le site impots.gouv.fr) et possible aussi de verser des acomptes durant l’année 2019 via le service en ligne « Gérer mon prélèvement à la source ».

A partir de 2020, CNCESU et PAJEMPLOI calculeront le Prélèvement A la source d’après les taux communiqués par la DGFiP pour chaque employeur, d’où l’importance que le particulier-employeur déclare les éléments de paie avant de payer le salarié.

Le PAS sera possible même pour les déclarations papiers (très peu via PAJEMPLOI, encore un quart par CNCESU)

La piste de l’exonération du paiement de l’impôt 2019 pour ces salariés annoncée mi-juillet n’a pas été confirmée et reste pour l’instant qu’une piste à explorer d’autant plus que l’égalité devant l’impôts doit être assurée.

Et aussi :  REPORT DU PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE POUR LES SALARIÉS DU PARTICULIER EMPLOYEUR : CE QU'EN PENSE LA CFDT

Les nouveautés du circuit du CMG devrait améliorer aussi les délais de déclaration des salariés et leur droit de regard

Comme cela nous l’a été confirmé le 12 juillet dernier par la Direction de la Sécurité Sociale, dès le mois de mars 2019, les parents employeurs pourront connaitre le montant du Complément de libre choix du Mode de Garde au moment de la déclaration mensuelle via PAJEMPLOI.

Concrètement les particuliers employeurs auront jusqu’au 5 du mois suivant pour effectuer la déclaration des heures de travail auprès de PAJEMPLOI. Il sera tout à fait possible de déclarer après le 5 (pas souhaitable surtout quand il y aura le prélèvement à la source) mais aucune sanction n’a (encore) été prévue pour le moment. La CFDT a souligné lors de cette réunion qu’il fallait prévoir la sanction en même temps que l’obligation sinon ce n’est qu’une simple recommandation. Comme il sera possible et même encouragé par PAJEMPLOI de déclarer son salarié au plus tôt dans la fin de mois.

Le parent-employeur pourra connaitre le coût de la garde ou de l’accueil de son enfant au moment de cette déclaration ainsi que le montant du CMG. Quant au salarié, il pourra voir dans son interface que la déclaration a bien été faite et sur quelles bases, nouveauté que la CFDT a réclamé maintes fois !

Ensuite, le versement du CMG sur le compte du parent-employeur se fera dans les 2 jours qui suivent cette déclaration comme pour le prélèvement des cotisations pour les Gardes d’enfants (déduction faite du CMG).

Les objectifs affichés de la DSS sont de vouloir diminuer le décalage de 2 mois entre le mois de travail et le mois de paiement des cotisations et montrer aussi aux particuliers employeurs d’une Ass Mat le calcul des cotisations prises en charge par la branche famille (CAF).

Enfin, un décret publié en mai dernier donne la possibilité maintenant d’une rétroactivité du CMG d’un mois pour les parents qui déclarent pour la première avec 1 mois de retard, ceci afin qu’ils ne perdent pas le bénéfice du CMG pour le premier mois d’accueil.


[Interview] Report du prélèvement à la source pour les salariés du particulier employeur : ce qu'en pense la CFDT

La CFDT est satisfaite du report du prélèvement à la source pour les salariés du particulier employeur. Véronique Revillod, secrétaire nationale en charge des services aux entreprises et aux particuliers, en explique les raisons et livre ce que la CFDT-Services mettra en place pour accompagner les salariés. 

 

Véronique revillod

Que pense la CFDT du report de mis en place du prélèvement de l’impôt à la source pour les salariés du particulier employeur ?

Véronique Revillod : la CFDT est satisfaite de ce report qui permet pour le secteur du particulier employeur de ne pas mélanger vitesse et précipitation. En effet pour les assistantes maternelles du particulier employeur comme pour les salariés du particulier employeur, la mise en place de dispositifs de branche permet à tout citoyen de s’engager contre le travail illégal et de ce fait de contribuer plus simplement par le biais des CESU et de PAJEMPLOI au versement des cotisations sociales prévues. Dans la même dynamique, la CFDT a bien conscience que toute complexification même ponctuelle des démarches administratives pour les particuliers employeurs conduit irrémédiablement à une progression du travail clandestin ce qui n’est pas souhaitable.  Au-delà de l’aspect strictement technique, c’est la question du consentement à l’impôt qui est abordée. C’est une question essentielle sur laquelle la CFDT a un devoir de rappel des valeurs républicaines de solidarité. Cette notion est parfois épineuse dans le secteur des Services où le travail est fractionné à temps partiel et souvent multi-employeur. L’art de la débrouille lié à une grande précarité prend parfois le pas sur les grandes intentions citoyennes, c’est aussi notre devoir de syndicaliste de les rappeler.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos