Vente de Bricorama au réseau des Mousquetaires : la CFDT est aux aguets pour la sauvegarde de l’emploi

C’est une annonce qui a été faite brutalement et au téléphone par la direction aux représentants du personnel : le président de Bricorama vend son enseigne de bricolage Bricorama SA et SAS au groupement des Intermarchés qui s’organise en réseau de franchisés. 3000 salarié-es répartis dans 107 magasins intégrés plus la centrale d'achat Bricorama ainsi que 57 magasins franchisés sont concerné-es. La méthode employée pour informer les instances représentatives – en même temps que les médias voire même après – est critiquable et ne laisse pas présager de volonté d’associer loyalement les élus du personnel. C’est l’une des raisons qui provoque l’inquiétude de la CFDT Bricorama, deuxième organisation syndicale dans l’entreprise avec 31%.

La CFDT par le biais de son délégué syndical central et secrétaire adjoint du CCE Bricorama UES s’inquiète de l’impact sur l’emploi de cette vente et s’attend à des suppressions de postes ou des modifications de contrat à la défaveur des salariés, « Nous avons été choqués par l’annonce de la vente car nous ne nous y attendions pas et surtout les salariés l'ont appris par la presse. Une méthode qui montre le niveau de considération du président de Bricorama pour ses salarié-es ! » s’insurge Alain Laisné, délégué syndical central à Bricorama, « nous savons que nous devrons veiller au moindre détail, sur les reclassements en particulier et sur nos acquis sociaux rajoute-t-il.

La vigilance est de mise à la CFDT Bricorama qui se prépare au comité central d’entreprise qui aura lieu le 17 juillet.

Les salariés doivent être solidaires dans cette épreuve , il pourront compter sur une CFDT combattive qui ne laissera rien au hasard et qui rendra compte aux salariés des tenants et aboutissants des décisions prises par le comité centrale d'entreprise.

  • Publié dans Commerce

Groupe ERAM : Tati, Fabio Lucci, Degrif Mania en vente !

Tati, Fabio Lucci et Degrif Mania emploient plus de 2 000 salariés en équivalent temps plein et dont l’âge moyen est de 43 ans. Le groupe Eram se sépare de ses trois enseignes et a une responsabilité vis-à-vis de ses salariés.

La CFDT revendique :
  • L’ouverture d’une négociation dans les plus brefs délais d’un plan de sauvegarde de l’emploi qui réunissent toutes les conditions pour accompagner les salariés et sécuriser leur parcours ;
  • Un comité de groupe exceptionnel avec les dirigeants ERAM à Saint Pierre Montlimart (49) ;
  • Une information dans tous les Comités d’hygiènes de sécurité et des conditions de travail ;

La CFDT n’hésitera pas à mobiliser son réseau si ses élus n’ont pas assez de visibilité sur ce dossier.

La CFDT est partie prenante avec la DRH pour œuvrer à cette sortie de crise tout en préservant un maximum d’emplois dans les filiales touchées.

Les décisions ne doivent pas être prise sans vous tous, restez acteur de votre avenir en restant mobilises aux cotes de la CFDT.

Vos contacts CFDT :

Brigitte, secrétaire fédérale CFDT, 06.22.65.50.43

Khalida, déléguée syndicale CFDT, 06 19 96 85 23

Tahar, délégué syndical CFDT, 06 07 79 18 74

La CFDT s’occupe de tous les salariés, quel que soit leur catégorie. Elle continuera à diffuser dans tous les points de vente les dernières actualités pour que tous les salariés accèdent à l’information.

Groupe #VIVARTE : STOP au strip-tease social décomplexé !

Halle aux vêtements, Halle aux chaussures, André, Kookaï, Chevignon, Pataugas, Minelli, San Marina, …

La CFDT se mobilise pour les salariés du groupe VIVARTE :

Rendez-vous lundi 23 janvier (jour du comité de groupe) à partir de 13h devant le siège social du groupe Vivarte, 28 avenue de Flandre 75019 (Métro Stalingrad, ligne 2 ou 5).

« La Fédération des Services [CFDT] est consternée de constater le mépris de la direction de Vivarte pour les instances de dialogue social. Alors que le comité de groupe a été repoussé à la fin de mois, la Direction a fait des annonces anxiogènes aux salariés qui sont déjà depuis des mois dans l'inquiétude de ne pas savoir où ils seront demain.

La Fédération des Services [CFDT] souhaite néanmoins une excellente année 2017 aux actionnaires et aux dirigeants du groupe Vivarte et à très bientôt car, ce qui est certain, c'est qu'ils auront à discuter avec la CFDT. Le dialogue social est un facteur de développement économique pour l'entreprise, il est grand temps de le comprendre. »

Olivier Guivarch, secrétaire général.

  • Publié dans Commerce
S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos