Les salarié.e.s des magasins Biocoop Mayenne Bio Soleil se mobilisent pour dénoncer la dégradation de leurs conditions de travail

Les salarié.e.s des cinq magasins Biocoop situés en Mayenne ont décidé de faire grève ce vendredi 10 novembre pour dénoncer une politique managériale aux conséquences alarmantes pour les salarié.e.s et l'entreprise à laquelle ils et elles sont attaché.e.s. 

En seulement 18 mois, sur un effectif d’environ 60 salarié.e.s, la CFDT  déplore :

  • 14 départs de salarié.e.s,
  •  5 salariés en épuisement professionnel (dépression et burn out),
  • 2 démissions de représentant.e.s du personnel (à ce jour non remplacés),
  •  … et de nombreux arrêts maladie longue durée !

Ces indicateurs prouvent un malaise réel et persistant dû à une pression devenue malsaine à force de constance. Le 8 juin dernier, lors d’une réunion collégiale, les salarié.e.s et la CFDT ont alerté la direction ... sans succès !

Une telle politique managériale est en complète contradiction avec les valeurs portées par BIOCOOP et pour lesquelles nous militons.

La CFDT et LES SALARIE.E.S demandent  :

  • Un audit social indépendant (avec commission de suivi),
  • Les élections des représentant.e.s du personnel,
  • Une revalorisation équitable des salaires,
  • Une prise en charge des suivis psychologiques,
  • La subrogation pour maintien de salaire lors des arrêts maladie,
  • Le remplacement du personnel absent,
  • Le passage des CDD en CDI et la fin des temps partiels subis,
  • Du matériel plus adapté (élévateur électrique, escabeau sécurisé, etc … )
  • Publié dans Commerce

La CFDT Biocoop revendique et obtient !

De la négociation jusqu’au rapport de force, l’équipe CFDT Biocoop se mobilise pour obtenir des avancées et faire respecter les droits des salariés des 4 plateformes de distribution. Retour sur l’action des militants.

En 2014, une section CFDT se créée au sein de la plateforme Grand Ouest. Son objectif principal : faire annuler une organisation du temps de travail très défavorable aux salariés des entrepôts, malgré la présence sur ce site de 3 syndicats.

En 2015, lors des élections, la CFDT obtient une forte adhésion des salariés des entrepôts, avec plus de 70% favorables sur le site de Rennes, et une représentativité nationale de 14,89%.

Dans la foulée, la CFDT fait connaître ses revendications et obtient 1€ de plus par heure pour les intérimaires, en demandant simplement l’application de la loi.

Elle travaille aussi sur le dossier modulation mis en place par la DRH en 2011 et arrive à démontrer que certaines heures du compteur des salariés ne sont pas prises en compte (maladie, congé de paternité, les jours de fractionnement….). Pour atteindre 1607 heures dans l’année, un salarié devait en effet travailler plus de 36 heures par semaine alors qu’il était rémunéré sur la base de 35 heures / semaine !

Les avancées sociales de la CFDT

En décembre 2015, la CFDT interpelle l’inspection du travail sur ce dossier. Après 5 mois, l’inspection confirme les remarques de la CFDT, et demande à Biocoop de revoir tous les compteurs sur les 3 dernières années. Plus de 400 salariés sont concernés à raison d’environ 35h en moyenne par année. La somme que Biocoop devra rembourser devrait être conséquente.

En parallèle à ce dossier modulation, la CFDT a participé aux négociations d’un nouvel accord sur le temps de travail. Négociations longues et difficiles, où la CFDT a montré sa capacité à mobiliser les salariés des entrepôts en relation avec un autre syndicat. La menace d’une grève a permis à la CFDT de maintenir les temps de pauses rémunérés, l’abandon de l’annualisation à 1607 heures et la valorisation de toutes les absences.

Pendant qu’un syndicat historique menaçait les salariés qui feraient grève d’éventuelles conséquences, la CFDT a gagné en crédibilité auprès des salariés des entrepôts, mais aussi auprès des techniciens et agents de maîtrise.

Repères  :

Les 4 plateformes sont situées à  Melesse (35), Sorgue (84), Port-Sainte-Marie (47) et Sainte Geneviève Des Bois (91). Elles fournissent 343 magasins Biocoop et emploient plus de 700 salariés.

Plateformes Biocoop : mouvement de grève intersyndical lundi 18 avril

La CFDT, la CGT et l’UNSA appellent les salariés des plateformes logistiques des magasins Biocoop à faire grève lundi 18 avril. Cet appel à la mobilisation fait suite à l’échec des négociations sur le temps de travail et à la remise en cause d’acquis sociaux.

Les revendications de l’intersyndicale sont :
  • L’annulation de la modulation du temps de travail parce qu’elle génère de fortes inégalités entre les salariés ;
  • Une prime de 500 euros pour compenser la baisse de l’intéressement malgré la forte croissance de l’entreprise ;
  • Une prime de pénibilité de 50 euros par mois ;
  • La proratisation de la prime de présence au temps de présence ;
  • Le maintien de l’usage des pauses, remis en cause par la direction alors qu’il s’agit d’un acquis depuis plus de 10 ans.

NB : La CFDT déplore la triste qualité du dialogue social dans cette coopérative qui met en avant ses valeurs sociales et environnementales, entreprise qui a part ailleurs noué des partenariats avec de nombreuses structures CFDT.

Repères :

Les 4 plateformes sont situées à  Melesse (35), Sorgue (84), Port-Sainte-Marie (47) et Sainte Geneviève Des Bois (91). Elles fournissent 343 magasins Biocoop et emploient plus de 700 salariés.

S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos