Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Lot : le procès de la honte

L’audience du tribunal correctionnel a eu lieu ce matin à Cahors.

Étaient jugés pour diffamation le journaliste de la Vie Quercynoise avec son directeur de publication et la déléguée syndicale CFDT de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Lot (CMA 46) pour complicité de diffamation.

En cause un article de presse paru en novembre 2014 qui relayait le mécontentement du personnel à l’occasion d’une soirée organisée par la CMA 46 (voir communiqué CFDT du 7 septembre 2018).

En présence de nombreux agents de la CMA 46 et de représentants nationaux et régionaux de la CFDT, venus en soutien à la déléguée syndicale, l’audience a duré plus de deux heures.

Les débats ont porté dans un premier temps sur la forme mais aussi au fond sur l’exercice de la liberté de la presse, la liberté d’expression et le droit syndical.

L’affaire a été mise en délibéré et le jugement sera rendu le 25 octobre 2018 en audience publique.

Pour la CFDT, ce procès inédit est révélateur de pratiques iniques et arbitraires dans un établissement public qui ne respecte ni les agents ni ses obligations en matières de dialogue social et de respect des textes.

Pour la CFDT, ces comportements font honte aux CMA qui sont des établissements publics, confrontés actuellement à des enjeux majeurs, avec les lois « Liberté de choisir son avenir professionnel » et « PACTE » nécessitant une cohésion de tous les acteurs du réseau

Une délégation CFDT a été reçue par le Préfet du Lot dans l’après-midi pendant laquelle elle a présenté des propositions pour la reprise du dialogue social et a demandé un réel exercice de la tutelle sur cette chambre consulaire.

Rémunération : revalorisation des salaires dans la branche des Agences de voyages et des guides

Après plusieurs mois de négociations, les partenaires sociaux (collège patronal et collège salariés) sont parvenus à un accord pour rehausser les salaires dans la branche des agences de voyages et des guides.

Le premier niveau est porté à 1 510 €, soit une augmentation de 1,53%. Les autres niveaux connaissent une augmentation de 1%.

Les grilles salariales des guides n’ont pas été mises de côté, et sont aussi revalorisées de 1% sur tous les forfaits.

Quoique modeste, l’augmentation aura un impact sur les salariés payés au minimum de la grille conventionnelle de branche et également sur l’ensemble des salariés dont la prime d’ancienneté est calculée sur ces minima.

Pour la CFDT, cette hausse était le minimum acceptable, et estime que l’augmentation progressive doit se poursuivre sur le long terme.

Les entreprises du secteur, qui souffrent d’un fort turnover et de perte de compétences, a besoin de retrouver de l’attractivité et de partager les perspectives favorables du tourisme avec les salariés.

L’accord a été signé le 20 avril par l’ensemble du collège patronal, LEDV et SETO, et l’intégralité des organisations syndicales de salariés (à l’exception de la CGF-F0) : CFDT, CGT, CFTC, UNSA, CFE-CGC. Il est donc applicable dès maintenant dans l’ensemble des entreprises dépendant de ces deux organisations patronales, et sera applicable à son extension pour les autres entreprises.

Les dispositions de l’accord en résumé :

  • Le groupe A est réévalué à 1510 € (+1,53%) ;
  • Les groupe B à G sont augmentés de 1% ;
  • Les forfaits des guides et guides accompagnateurs sont augmentés de 1% ;
  • Les forfaits des guides interprètes de la Région Parisienne sont réévalués de 1% ;
  • L’indemnité du coût de repas est augmentée à 18,60 € ;
  • Applicable dès maintenant pour les entreprises adhérentes organisations patronales LEDV ou SETO, et à la date d’extension pour les autres entreprises.

Repères

La branche professionnelle des agences de voyages compte près de 2 750 entreprises pour 30 953 salariés.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos