Les partenaires sociaux du Commerce et de la Distribution et l’Etat s’engagent au service de l’emploi

La Fédération des Services CFDT qui a adhéré à cet EDEC (Engagements de l’Emploi et des Compétences) dès sa conception était présente le 3 octobre lors de la signature par la Ministre du travail Muriel Pénicaud et les partenaires sociaux de cet accord cadre national. Patricia Bigot et Chrystelle DERIEN, vice-présidentes des CPNEFP (Commission paritaire nationale de l'emploi et de la formation professionnelle) des branches Succursalistes de l’Habillement et Bricolage représentaient la Fédération.

Pourquoi et pour qui un EDEC ?

Tendances d’évolution :
  • La montée en puissance du numérique avec le développement des smartphones et des objets connectés. Le commerce connecté bouleverse les organisations : la digitalisation des points de vente engendre de nouvelles tâches, mais aussi de nouveaux métiers, et donc de nouvelles compétences ;
  • L’omnicanal qui conduit les acteurs du commerce de détail et de la distribution à s’adapter aux envies et impératifs d’achats du client qui devient le canal : il n’y a plus aucune coupure entre les canaux et le meilleur atout est la « data ».
  • Le shopping dans le cadre de pratiques collaboratives : le contexte économique incite à consommer différemment et favorise l’économie circulaire : crowdfunding, co-voiturage, dépôt-vente. 

La CFDT signe pour le développement de l’emploi et des compétences dans la filière petite enfance


U
n engagement de développement de l'emploi et des compétences (EDEC) dans la filière de la petite enfance a été officialisé, le 16 février, avec la signature de la Fédération des Services CFDT, du ministre du travail, François Rebsamen, de la secrétaire d’Etat chargée de la famille, Laurence Rossignol, et des partenaires sociaux des branches concernées – exceptée la CGT – ainsi que de leurs OPCA (sauf UNIFAF pour les entreprises de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale, privée à but non lucratif).

Des six branches concernées, trois relèvent du champ de la Fédération des Services : les salariés du particulier employeur, les assistants maternels et les entreprises de services à la personne. Les autres étant de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée à but non lucratif, et des acteurs du lien social et familial.

Comme pour l’EDEC Autonomie, il s’agit de répondre quantitativement à l’enjeu de recrutement et de gestion des ressources humaines dans ces branches (avec des actions plus ciblées sur le soutien aux employeurs) et qualitativement concernant les parcours professionnels, dont le soutien à la professionnalisation, la qualification et l’acquisition de compétences pour mieux répondre aux besoins et favoriser les évolutions de carrière.

Le budget annoncé serait d’environ 5 millions sur 3 ans, dont la part de l’Etat s’élève à 30%, les 70% autres seront à financer par les 5 OPCA concernées.

IMG 0490

Cet EDEC s’inscrit dans le plan métier petite enfance qui a pour vocation de valoriser et professionnaliser ces métiers en créant notamment des passerelles.

Cette rencontre a été l’occasion pour Manu LECOT, secrétaire national de la Fédération des Services, de rappeler que la CFDT est toujours dans l’attente de l’extension de la classification des salariés du particulier employeur sur laquelle s’était pourtant engagé M. Rebsamen lors des Etats généraux de l’emploi à domicile en décembre dernier. Manu LECOT est également intervenu sur la convention 189 de l’OIT (organisation internationale du travail) concernant le travail décent des travailleurs domestiques qui n’a toujours pas été ratifiée par la France. Le ministre du travail a assuré que des travaux relatifs à cette ratification étaient en cours.

 

 

 

S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos