Projet de cession en franchise de 22 magasins Galeries Lafayette : la CFDT vigilante

Lors du Comité Central d‘Entreprise du 14 novembre 2017, la direction a annoncé son projet d’affiliation de 16 magasins CONCEPT (Agen, Angoulême, Beauvais, Belfort, Chalon sur Saône, Chambéry, Dax, La Roche Sur Yon, La Rochelle, Libourne, Lorient, Montauban, Niort, Saintes, Tarbes, Toulon) et 6 magasins CHALLENGE (Amiens, Bayonne, Besançon, Caen, Cannes et Rouen).

Plus de 1000 salariés sont concernés.

La CFDT sera très attentive à la pérennité de l'emploi, aux conditions de travail et au pouvoir d’achat des salariés des magasins qui seront affiliés.

La CFDT en forte progression aux Galeries Lafayette

La CFDT a réalisé la plus forte progression aux élections qui viennent de se dérouler aux Galeries Lafayette (53 magasins, 4 600 salariés) et enregistrent un taux de participation exceptionnel de 82 %. Elle confirme sa deuxième place, à moins d’un point de la CGT qui est en très net recul. En alliant présence sur le terrain et information régulière sur Facebook, l’équipe CFDT s’est donné les moyens de faire connaître son action à l’ensemble des salariés et de développer son réseau.

  • Publié dans Commerce

Grands magasins : travail dominical, le patronat n’aime pas la loi macron !

Pas d’accord – pas d’ouverture ! C’est le souci principal de la chambre patronale des grands magasins. Les dispositions actuelles de la convention collective prévoyant déjà le paiement double du travail dominical et des repos compensateurs, la négociation sur l’application de la loi Macron aurait dû porter sur des éléments complémentaires.

Ces derniers points ont effectivement donné lieu à des propositions intéressantes de la part des employeurs mais malheureusement assorties de demandes dénaturant le sujet de la négociation.

Ainsi la partie patronale a l’exigence de passer de 9 à 15 semaines les périodes hautes de modulation (42h) et entend diminuer les droits relatifs au paiement des heures supplémentaires et à la prise des repos compensateurs.

Plus difficile encore, elle exige de créer une catégorie de travailleurs embauchés avec une obligation contractuelle de travail dominical avec moins de droits sur cette sujétion. Proposition qui, à terme, aurait pu bien évidemment représenter 100% des embauches et vider de son sens les contreparties proposées.

Enfin, la partie patronale s’est refusée à tout geste pour 2/3 des salariés concernés ; à savoir les personnels de la démonstration, les prestataires et les sous-traitants.

Dans ces conditions, les éléments nécessaires à un accord social ne sont pas encore réunis. Les employeurs préfèrent tenter d’obtenir auprès du gouvernement une « exemption de dialogue social ».

La CFDT, pour sa part,  reste ouverte à toute négociation sérieuse sur le sujet du travail dominical.

La CFDT ne sera pas signataire du projet d’accord proposé par l'Union du commerce de centre-ville (UCV).

  • Publié dans Commerce
S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos