Suppressions de milliers de postes et maintien du niveau de dividendes des actionnaires Carrefour : la CFDT Carrefour dénonce, réagit et propose

Plan « social » CHEZ CARREFOUR

Le PDG annonce des milliers de suppressions de postes… mais s’engage à maintenir le niveau de dividendes des actionnaires !

Malgré la réunion du comité de groupe du 26 janvier 2018, la CFDT continue à dénoncer la nature brutale des annonces faites par A. Bompard le 23 janvier. En effet, plus de 4 500 suppressions de postes (sièges, anciens magasins DIA) ont été annoncées par voie de presse aux salariés et à leurs représentants. Cette façon de procéder devrait relever d’une autre époque.

D’autre part, malgré de nombreux échanges avec le PDG, la CFDT continue de penser que l’entreprise avance masquée en ne dévoilant pas le réel impact sur le social et les effectifs, sur l’ensemble du projet Carrefour 2022 : location-gérance, réduction de la taille des surfaces de vente, réduction des secteurs non-alimentaires, mécanisation et réduction des coûts dans la logistique etc.

Nous sommes également stupéfaits, dans un tel contexte, de constater que l’entreprise vient de prendre l’engagement de maintenir la politique de distribution des dividendes aux actionnaires inchangée (voir présentation faite aux analystes). Les salariés ne peuvent pas être les seuls à contribuer à l’effort de transformation. De plus, cela nuit à la capacité d’accompagnement social et d’investissement du groupe dans cette période de crise. La CFDT demande une année blanche sur le versement des dividendes.

La CFDT sera reçue au ministère du travail le 5 février. Il est en effet indispensable que les pouvoirs publics s’emparent du dossier social du 1er employeur privé de France.

Dans un même temps, la CFDT Carrefour propose aux autres organisations syndicales une rencontre afin d’organiser un mouvement national en intersyndicale.

  • Publié dans Commerce

Franchise - Location Gérance : la CFDT appelle les salariés du magasin Carrefour de Chateau-Thierry à faire grève le 23 janvier

Les salariés de l'hypermarché Carrefour de Château-Thierry sont appelés à cesser le travail le 23 janvier, ceci afin de protester contre leurs conditions de passage en location-gérance.

En effet, la cession d'activités de ce magasin* à un repreneur, va avoir de très lourdes conséquences sur la rémunération et le statut collectif des salariés concernés.

Le repreneur va automatiquement dénoncer les accords d'entreprise et ramener la plus grande partie des avantages sociaux au niveau des minima de la branche.

La CFDT estime la perte de rémunération à l'équivalent de 2 mois de salaire par an pour les salariés concernés ! Elle a donc demandé à Carrefour de compenser par le biais d'une indemnité les conséquences de sa décision et de conclure une charte sociale avec le repreneur. Ceci afin de maintenir le maximum d'avantages sociaux.

Malheureusement, lors de la réunion de négociation du 15 janvier, les propositions faites par la CFDT n'ont pas été entendues. C'est pourquoi les salariés sont appelés à défendre leurs droits en ce 23 janvier, jour des annonces du PDG du groupe. Groupe qui refuse de dévoiler le véritable nombre de magasins concernés par les passage en location gérance.

Ceci constitue un premier mouvement. La CFDT n'exclue aucune forme d'action locale ou nationale dans les semaines qui viennent en cas d'absence d'accompagnement social des projets.

Sans social, pas de commercial.

* 5 hypermarchés Carrefour sont concernés d'ici avril : Monluçon, Château-Thierry, Cahors, Flers et Saint-Lô

Franchise- location gérance : Carrefour ne doit pas solder ses salariés

Carrefour a décidé de céder à  des  repreneurs  la  gestion de 5 hypermarchés* jugés non rentables à partir du mois d’avril. Cela concerne plus de 600 salariés !

La CFDT craint qu’à terme un grand nombre d’hypermarchés soient visés.

Le passage en location-gérance a de graves conséquences sur la rémunération et le statut collectif des salariés concernés. En effet, les repreneurs dénoncent les accords d’entreprise et ramènent la plus grande partie des avantages sociaux au niveau de la branche. C’est d’ailleurs déjà ce que vivent les salariés de nombreux supermarchés Carrefour Market ! Cette situation n’est pas acceptable.

La CFDT estime en effet la perte de rémunération à 2 mois par an pour les salariés concernés ! Elle demande donc que Carrefour compense par le biais d’une indemnité les conséquences de sa décision et qu’elle conclue une charte sociale avec les repreneurs afin de maintenir le maximum d’avantages sociaux.

Dans un premier temps et à partir du 10 janvier (début des soldes), la CFDT Carrefour, qui n’exclue aucune forme d’action dans les semaines qui viennent, appelle les salariés de tous les magasins à manifester leur solidarité en signant la pétition présentée par ses militants.

Ceci afin de soutenir l’ensemble de ses revendications durant les négociations qui se déroulent actuellement.

*Montluçon, Château-Thierry, Cahors, Flers et Saint-Lô

S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos