CASTORAMA - GROUPE KINGFISHER : disparition de métiers et délocalisation, la CFDT est sur ses gardes

Dans le cadre de la mise en œuvre de son « dispositif d’accompagnement des projets de transformation », Castorama, enseigne du groupe Kingfisher,  a engagé en juillet un projet d’accord de méthode concernant un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE).

Le dispositif d’accompagnement implique en effet la suppression des métiers de gestionnaires administratives, comptables au plus tard en juin 2019 (environ 170 salariés), et des assistantes RH sous 3 à 5ans (environ 80 salariées).

La CFDT s’inquiète aujourd’hui des reports successifs des réunions de négociation et des modifications du périmètre du PSE par une direction qui a, de surcroît, annoncé le 8 novembre la délocalisation en Pologne des services comptabilité et finance des sièges de toutes les enseignes du groupe Kingfisher.

Environ 500 salariés de Castorama sont concernées par le PSE. L’enseigne Brico Dépôt sera également impactée.

Pour la CFDT, ces suppressions d’emplois dans le cadre du PSE ne sont pas liées à des difficultés économiques mais à des stratégies de groupe pour une rentabilité poussée à l’extrême.

Metiersdelamode.com : un nouveau site pratique pour les salariés de l’habillement

Les partenaires de la branche de l’habillement, syndicats et patronat, ont mis en œuvre un site d’informations pratiques pour les salariés qui peuvent y déposer  leur CV, consulter les offres d’emploi et voir la cartographie des métiers.

Un espace dédié à la formation sera également prochainement disponible.

Alors si vous êtes salarié-e du secteur ou êtes en recherche d’emploi ou d’information sur les entreprises succursalistes de l’habillement, il ne vous reste plus qu’à cliquer :

http://metiersdelamode.com/

Prévention Sécurité : un DEAL défavorable aux salariés !

Classifications : flexibilité et polyvalence accrue, NON au retour 10 ans en arrière !

Le patronat fait une très bonne affaire. En contrepartie d'une ridicule majoration des salaires (ramenés au niveau du SMIC), ils obtiennent une flexibilité accrue et une polyvalence qui ramènent les salariés dix ans en arrière.

Un DEAL défavorable aux salariés : jusqu’à 4,35% de baisse de la valorisation des compétences.

Les avantages garantis par la précédente classification (de 2006) sont bradés, la perte de valorisation des compétences allant de -1,31% à -4,35%.

S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos