[Communiqué de presse] Sécurité Privée : la CFDT veut mettre un terme au gâchis qui sclérose le secteur

Alors que le ministère de l’Intérieur lance une consultation sur la police de sécurité du quotidien, la CFDT, première organisation syndicale dans le secteur privé, alerte une nouvelle fois les pouvoirs publics sur les nombreux points de blocages qui sclérosent l’attractivité du secteur de la sécurité privée et dégradent les conditions de travail des salariés au détriment de la sécurité des entreprises et des citoyens.

Alors que le gouvernement dit s’engager pour le renforcement du dialogue social, celui-ci y est à l’agonie avec des négociations au ralenti, des accords remis en cause malgré un secteur en pleine expansion, un chiffre d’affaires en nette progression, une augmentation régulière du nombre d’entreprises de sécurité privée et une hausse constante des effectifs.

Alors que la sécurité du quotidien demandera un engagement collectif des différents acteurs, dont ceux de la sécurité privée, la CFDT dénonce à nouveau ce qui fait le quotidien des professionnels du secteur :

  • des entreprises qui ne respectent pas la réglementation,
  • des gros groupes qui veulent dicter les règles du marché,
  • des organisations patronales impuissantes face aux divergences des entreprises adhérentes.

La CFDT déplore l’incapacité de la profession à se structurer, à se professionnaliser et à s’affirmer face aux clients malgré un rapport de force évident.

Trop c’est trop, la CFDT en appelle aux pouvoirs publics. Le ministère du Travail doit intervenir pour que les employeurs assument leurs responsabilités en matière de formation. La CFDT demande également au ministère de l’Intérieur de ne pas attribuer à la sécurité privée des missions dont certaines relèvent de l’Etat et pour lesquelles elle n’est pas assez mature.

Projet d’ouverture de clubs de jeux à Paris : la balle renvoyée à l'Intérieur

La CFDT, la CFTC et la CFE-CGC au ministère de l'Aménagement du territoire.

Le 6 août dernier, dans un projet de loi relatif au statut de Paris, le gouvernement français a annoncé l'expérimentation, dans la capitale, sur une durée de 5 ans maximum, d'une nouvelle catégorie d'établissements de jeux sous forme de sociétés commerciales visant à se substituer aux cercles existants.

Suite à la sollicitation de l'intersyndicale CFDT-CFTC-CFE-CGC, les trois organisations syndicales ont été reçues au ministère de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales par M. Berges, directeur adjoint du cabinet du ministre Jean-Michel Baylet.

Clubs de jeux : la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC reçues au Ministère de l'Intérieur

Les dernières avancées du projet de loi

Après le rendez-vous à l’aménagement du territoire, l'intersyndicale CFDT-CFTC-CFE/CGC a été reçue au ministère de l'intérieur le 29 novembre concernant le projet d’ouverture de clubs de jeux à Paris.

En attendant d’avoir des précisions sur le contenu du projet de loi, l'intersyndicale a exposé au Ministère deux revendications fortes. Celles-ci concernent :
S'abonner à ce flux RSS

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos