Les salaires de la branche de la restauration rapide sont revalorisés de 1,3% et de nouveaux droits aux congés sont créés

La CFDT a signé un nouvel accord salaires dans la restauration rapide et un accord annexe sur l’amélioration des conditions de travail des salariés.

Le pouvoir d’achat des salariés est revalorisé à 1,3% en moyenne.

Une nouvelle tranche est créée pour la prime annuelle conventionnelle (PAC), ce qui nous rapproche un peu plus d’un futur 13ème mois pour les salariés de la branche.

Anciennetés

Montant brut

1 à - 3 ans

170€

3 à - 5 ans

200€

5 à - 10 ans

270€

+ 10 ans

370€

La CFDT a également signé un accord qui permet d’améliorer la qualité de vie au travail des salariés dont ceux qui travaillent de nuit. Cet accord prévoit : 

  • L’augmentation de majoration de nuit entre 2h et 6h à 30%,
  • L’extension du transport de nuit au VTC et une revalorisation du remboursement à 21€,
  • La création d’un congé spécial déménagement de 2 jours rémunérés,
  • La création d’un congé étudiant qui accorde 5 jours de congés non rémunérés tous les 60 jours travaillés.

La CFDT Biocoop revendique et obtient !

De la négociation jusqu’au rapport de force, l’équipe CFDT Biocoop se mobilise pour obtenir des avancées et faire respecter les droits des salariés des 4 plateformes de distribution. Retour sur l’action des militants.

En 2014, une section CFDT se créée au sein de la plateforme Grand Ouest. Son objectif principal : faire annuler une organisation du temps de travail très défavorable aux salariés des entrepôts, malgré la présence sur ce site de 3 syndicats.

En 2015, lors des élections, la CFDT obtient une forte adhésion des salariés des entrepôts, avec plus de 70% favorables sur le site de Rennes, et une représentativité nationale de 14,89%.

Dans la foulée, la CFDT fait connaître ses revendications et obtient 1€ de plus par heure pour les intérimaires, en demandant simplement l’application de la loi.

Elle travaille aussi sur le dossier modulation mis en place par la DRH en 2011 et arrive à démontrer que certaines heures du compteur des salariés ne sont pas prises en compte (maladie, congé de paternité, les jours de fractionnement….). Pour atteindre 1607 heures dans l’année, un salarié devait en effet travailler plus de 36 heures par semaine alors qu’il était rémunéré sur la base de 35 heures / semaine !

Les avancées sociales de la CFDT

En décembre 2015, la CFDT interpelle l’inspection du travail sur ce dossier. Après 5 mois, l’inspection confirme les remarques de la CFDT, et demande à Biocoop de revoir tous les compteurs sur les 3 dernières années. Plus de 400 salariés sont concernés à raison d’environ 35h en moyenne par année. La somme que Biocoop devra rembourser devrait être conséquente.

En parallèle à ce dossier modulation, la CFDT a participé aux négociations d’un nouvel accord sur le temps de travail. Négociations longues et difficiles, où la CFDT a montré sa capacité à mobiliser les salariés des entrepôts en relation avec un autre syndicat. La menace d’une grève a permis à la CFDT de maintenir les temps de pauses rémunérés, l’abandon de l’annualisation à 1607 heures et la valorisation de toutes les absences.

Pendant qu’un syndicat historique menaçait les salariés qui feraient grève d’éventuelles conséquences, la CFDT a gagné en crédibilité auprès des salariés des entrepôts, mais aussi auprès des techniciens et agents de maîtrise.

Repères  :

Les 4 plateformes sont situées à  Melesse (35), Sorgue (84), Port-Sainte-Marie (47) et Sainte Geneviève Des Bois (91). Elles fournissent 343 magasins Biocoop et emploient plus de 700 salariés.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos