Franchise- location gérance : Carrefour ne doit pas solder ses salariés

Carrefour a décidé de céder à  des  repreneurs  la  gestion de 5 hypermarchés* jugés non rentables à partir du mois d’avril. Cela concerne plus de 600 salariés !

La CFDT craint qu’à terme un grand nombre d’hypermarchés soient visés.

Le passage en location-gérance a de graves conséquences sur la rémunération et le statut collectif des salariés concernés. En effet, les repreneurs dénoncent les accords d’entreprise et ramènent la plus grande partie des avantages sociaux au niveau de la branche. C’est d’ailleurs déjà ce que vivent les salariés de nombreux supermarchés Carrefour Market ! Cette situation n’est pas acceptable.

La CFDT estime en effet la perte de rémunération à 2 mois par an pour les salariés concernés ! Elle demande donc que Carrefour compense par le biais d’une indemnité les conséquences de sa décision et qu’elle conclue une charte sociale avec les repreneurs afin de maintenir le maximum d’avantages sociaux.

Dans un premier temps et à partir du 10 janvier (début des soldes), la CFDT Carrefour, qui n’exclue aucune forme d’action dans les semaines qui viennent, appelle les salariés de tous les magasins à manifester leur solidarité en signant la pétition présentée par ses militants.

Ceci afin de soutenir l’ensemble de ses revendications durant les négociations qui se déroulent actuellement.

*Montluçon, Château-Thierry, Cahors, Flers et Saint-Lô

Rappel : les salaires minimums dans les HCR

-       En vigueur depuis le 1er novembre 2014 dans les entreprises adhérentes à l’une des organisations patronales du secteur (UMIH, SNRTC, Synhorcat, GNC, CPIH, Fagiht).

-       En vigueur le 1er avril 2015 dans toutes les autres entreprises non adhérentes à une organisation patronale.

 * Niveau I Niveau II Niveau III Niveau IV Niveau V
Echelon 1 9,63 € 9,86 € 10,43 € 10,95 € 12,95 €
Echelon 2 9,66 € 10,02 € 10,49 € 11,12 € 15,05 €
Echelon 3 9,72 € 10,40 € 10,79 € 20,63 €

Il s'agit de la grille de salaires de la convention collective des hôtels, cafés, restaurants. Les employeurs sont obligés d'appliquer au minimum cette grille de salaires et les représentants CFDT négocient dans les entreprises une grille de salaires plus favorable.

* Selon arrêté d’extension publié le 25 mars 2015

Pouvoir d'achat dans la restauration collective : un troc inadmissible

Alors que les entreprises perçoivent des millions d'euros grâce au pacte de responsabilité (6% de la masse salariale pour les salaires inférieurs à 2500€), la négociation avec les organisations patronales (SNRC et SNERS) sur les salaires minimums n’a réservé aucune bonne surprise. La grille de salaires actuelle comporte trois niveaux sous le SMIC après une année 2014 sans revalorisation. Pour 2015, la CFDT exigeait que la convention collective nationale redevienne une référence en matière salariale avec un niveau I à 9,63€ au lieu de 9,62€ comme le proposait le patronat qui avait accepté le principe de faire mieux que le SMIC. 

NIVEAU propositions SNRC propositions CFDT
I 9,62€ 9,63€
II 9,73€ 9,82€
III 9,89€ 9,99€
IV 10,05€ 10,16€
V 10,43€ 10,54€
VI 10,89€ 10,93€
VII 11,74€ 11,86€
VIII 12,74€ 12,85€
IX 16,49€ 18,08€
S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos