Groupe Inditex : la CFDT confirme sa première place et progresse de 10 points avec plus de 59% des voix !

Le travail engagé depuis des années par l’équipe CFDT dans le groupe Inditex (Zara Home, Oysho, Stradivarius, Bershka, Pull & Bear, Zara France, Massimo Dutti) a une nouvelle fois été reconnu avec force par les salariés à l’occasion des élections professionnelles.

La CFDT y confirme sa première place et obtient une représentativité de plus de 61 % dans l’unité économique et sociale (UES) Inditex (59,77 % des voix). Elle progresse de plus de 10 points au détriment de FO qui perd 7 points, de la CGT (-2,5) et la de la CFTC (-1,3). À noter également, qu’avec un score de 2,87 % des suffrages, la CFTC n’est plus représentative.

Bravo à la Team Inditex, talentueuse, énergique et innovante.

Rappelons-nous que les membres de l’équipe sont notamment à l’initiative de l’évènement Work’s Party qui réunit à chaque fois près de 1 500 personnes et qui est dorénavant un rendez-vous organisé tous les ans en Ile-de-France.

Résultats de la CFDT par enseigne :

  • Bershka : 65,85 %
  • Massimo Dutti : 63,93 %
  • Oysho : 45,45 %
  • Pull and Bear : 69,14 %
  • Stradivarius : 22,97 %
  • Zara : 59,80 %
  • Zara home : 80,60 %

[Communiqué de presse] #LoiTravail De nouveaux droits à conforter pour les salariés des réseaux de franchise

La CFDT-Services note avec satisfaction le maintien de l’article 29 bis A du projet de loi Travail qui instaure une instance de dialogue pour les salariés des réseaux de franchise de plus de 300 salariés.

Le texte place la négociation au cœur de la mise en place de cette instance et de son fonctionnement  : sa composition, le mode de désignation de ses membres, la durée des mandats, la fréquence des réunions, les heures de délégation octroyées pour participer à cette instance et leurs modalités d’utilisation.

Largement impliquée pour obtenir ce nouveau droit, la CFDT-Services regrette néanmoins :
  • qu'il ne soit pas fait mention d'un délégué syndical dans le réseau pour négocier des accords dans ce nouveau périmètre ;
  • l'absence d'obligation de reclassement des salariés dans le réseau en cas de licenciement économique ;
  • l’absence de protection des représentants des salariés dans cette instance.

Malgré cela, cette première reconnaissance de la responsabilité sociale des franchiseurs reste une avancée importante qui doit être confortée dans la version définitive de la loi Travail.

La CFDT continuera à défendre ce progrès social pour que les nombreux salariés des réseaux de franchise, notamment de l'hôtellerie, du commerce de détail, de la propreté, de l'immobilier et des services à la personne puissent en bénéficier.

S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos