Darty : un contrat de confiance sociale est nécessaire

Régis Schultz, directeur général Darty Groupe, a employé le mot PSE pour la première fois devant les organisations syndicales.

 

Cette déclaration a eu l’effet d’une bombe pour les salariés car, jusque-là, les restructurations étaient menées au fil de l’eau.

 

La CFDT ne peut que déplorer l’échec d’une stratégie internationale inadaptée au contexte économique depuis 2007-2008.

 

Darty affiche une stratégie seulement à 6 mois, la CFDT demande à connaître sa stratégie à 24 mois pour négocier d’égal à égal, en toute transparence.

 

Si une réelle gestion prévisionnelle de l’emploi et des compétences (GPEC) de qualité avait été mise en place, nous n’en serions pas là aujourd’hui.

 

Les salariés Darty ne doivent pas être la seule variable d’ajustement des attentes des actionnaires.

 

L’accord national sur la sécurisation de l’emploi va obliger Darty à négocier un PSE digne de ce nom avec : le reclassement interne, la formation et une mobilité qui garantisse l’équilibre vie professionnelle/vie privée.

 

Pour la CFDT, les instances représentatives doivent contribuer à toute réflexion engagée sur la stratégie d’une entreprise. Les délégués syndicaux connaissent souvent mieux leur entreprise que les actionnaires. C’est une question de loyauté.

 

La CFDT saura proposer les mesures indispensables pour accompagner l’ensemble des salariés dans le cadre de ces restructurations.

 

  • Publié dans Commerce
S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos