Toupargel : les dirigeants en fuite et un accord signé ?

Toupargel a annoncé fin mai la suppression de 275 emplois. Les négociations sur le plan de sauvegarde de l’emploi ont été engagées avec les organisations syndicales CFDT-CGT-FO-CFTC et CGC/CFE qui ont décidé de porter leurs revendications en intersyndicale.

Outre le fait que ces négociations sont menées dans un climat houleux, avec pour seule interlocutrice la juriste de l’entreprise, la CFDT s’inquiète des conditions de mise en œuvre du PSE alors que les dirigeants ont purement et simplement disparu !

Les dirigeants de Toupargel répondent aux abonnés absents et ont semble-t-il choisi de fuir leurs responsabilités.

Pour la Fédération des Services CFDT, il n’est pas question de laisser les salariés dans l’angoisse et sans réponses sur leur avenir.

Toupargel doit faire face à ses échecs et mettre sur la table tous les moyens pour sécuriser l’avenir professionnels des salariés qui vont être licenciés.

En effet, les contreparties et compensations que la direction propose dans l’accord majoritaire sont indignes et dérisoires avec même une forme de chantage de la direction pour éviter les éventuelles contentieux que les salariés pourraient être amenés à déclencher.

Il est également à déplorer le manque d’évolution de carrières des salariés !

Chez Toupargel c’est : pas de reconnaissance de l'ancienneté, pas de reconnaissance du travail, pas de reconnaissance de la pénibilité. Les salariés espéraient que l'entreprise ait une reconnaissance à la fin anticipée et subie de leurs carrières mais nous constatons que le mot reconnaissance reste un mot tabou chez Toupargel."

Nous sommes également inquiets quant à l’avenir des salariés qui resteront dans l’entreprise après le PSE.

Dans sa finalité, l’accord a été signé par la CFE /CGC, CFTC et FO.

  • Publié dans Commerce

La CFDT appelle les salariés à la grève le samedi 10 janvier chez Toupargel

La CFDT appelle les salariés à la grève nationale le samedi 10 janvier et demande à la direction de revenir à la table de négociation avec des propositions concrètes et crédibles sur le temps de travail.

La direction ne fait aucune proposition acceptable et c'est donc l'accord de branche de la convention collective du commerce de gros sur l'annualisation du temps de travail qui risque de s'appliquer avec des conséquences désastreuses pour les salariés :
  • Perte de pouvoir d'achat,
  • Temps et conditions de travail fortement dégradés.
S'abonner à ce flux RSS

Outils

Partenaires

A propos