Chambres de Métiers et de l'Artisanat

Modification du temps de travail des professeurs de CFA : la CFDT demande l'ouverture de véritables négociations !

Depuis plusieurs mois les dirigeants de l’APCMA (Assemblée permanente des chambres de métiers et de l'artisanat) tentent d’imposer une modification unilatérale du temps de travail des professeurs en diminuant fortement le temps alloué à la préparation des cours et en augmentant les autres missions des  professeurs de CFA. Ils étaient déjà passés en force en 2004 sur ce dossier, ce qui avait amené l’ensemble du collège salarié à démissionner.

 

Nos dirigeants veulent faire peser sur les seuls salariés les économies du réseau sans jamais répondre à nos propositions concernant les élus et les cadres supérieurs.

 

Cette nouvelle réforme  du temps de travail ne se base sur aucun état des lieux et n’a fait l’objet d’aucune  étude sérieuse partagée. Elle pourrait générer des suppressions d’emplois chez les personnels administratifs de CFA.

 

La CFDT, rejointe par la CGT et la CFE-CGC, a élaboré  depuis plusieurs semaines une proposition cohérente  et concertée  sur un aménagement de ce temps de travail.

 

Une réunion  de la CPN 52 est prévue le 17 décembre  et cette instance présidée par le représentant du ministère en charge des chambres de métiers et de l’artisanat doit notamment examiner  les deux  projets.

 

L’APCMA exerce de réelles pressions auprès de la Ministre pour un passage en force  de cette modification. 

Ce diktat  de l’APCMA risque d’avoir pour effet de rompre le paritarisme  et de bloquer durablement le dialogue social dans les chambres de métiers.

 

La CFDT CMA demande l’ouverture de véritables  négociations  sur ce temps de travail qui n’ont jamais réellement commencé.

CMA de l'Oise : à l'I.M.A., C'EST PAS LE PÉROU !

COMMUNIQUE DE PRESSE
CFDT – CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L'ARTISANAT DE L'OISE

MOINS 40 % DE SUBVENTIONS POUR LE C.F.A...
A L'IMA*, C'EST PAS LE PÉROU !

Moins 40 % de subvention en faveur de son Centre de Formation d'Apprentis ! C'est la dernière décision prise par la C.M.A de l'Oise dont nous avons été informé courant juillet.

En effet, l'Assemblée Générale de la C.M.A a décidé, à l'unanimité, d'affecter non plus 250 000 euros de subvention pédagogique de fonctionnement à notre établissement mais seulement 156 000 euros réduisant ainsi sa participation de près de 100 000 euros par an.

Cette baisse est une nouvelle catastrophique pour notre Centre de Formation comme pour l'Artisanat en général. La CFDT ne peut que le regretter, s'en inquiéter et le dénoncer.

La CMA confirme ainsi sa politique de désengagement de l'appareil de formation dont elle est pourtant gestionnaire. Appareil de formation efficace puisque nos taux de réussite aux examens sont particulièrement bons et que plus de 80 % de nos apprentis s'intègre facilement et rapidement sur le marché du travail à l'issue de leur formation. C'est une donnée notable dans une Région qui souffre cruellement du chômage dont les jeunes sont les principales victimes.

« Charger la mule ! » semble être le maître-mot des instances dirigeantes de la CMA de l'Oise qui continue d'imputer à notre C.F.A une redevance d'occupation de 80 000 euros pour des locaux qui n'appartiendront pourtant jamais à notre établissement, dépourvu de personnalité juridique. Il n'y a que l'actuel Commissaire au Comptes de la CMA pour justifier une telle aberration.

C'est probablement la seule bonne nouvelle de la rentrée puisque la CMA doit en changer ! Nous espérons que les commissaires aux comptes seront nombreux à répondre à l'appel d'offre qu'elle vient de lancer. L'actuel ayant été nommé hors marché public, une mise en concurrence et l'introduction de transparence dans la désignation du nouveau ne peut que nous rassurer. D'ici là, à l'IMA, c'est pas le Pérou !

Contact presse :
Gil Mettai – DS CFDT CMA-Oise
Bureau Régional CFDT Commerce et Services Picardie en charge de l'Apprentissage et
des Chambres de Métiers. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
IMA :
Institut des Métiers de l'Artisanat

CMA des Pyrénées Atlantiques – la CFDT remporte les élections à la CPL

La liste présentée par la CFDT CMA a obtenu 84 voix, soit 87,5 % des suffrages exprimés, aux élections des représentants à la CPL (vote par correspondance en juillet).

L'ensemble des douze candidats (6 titulaires et 6 suppléants) présentés par la CFDT a été élu dès le premier tour.

La CFDT CMA remercie l'ensemble des agents qui ont apporté une nouvelle fois leur soutien massif aux représentants CFDT et à leur action.

Ce vote légitime l'ensemble des démarches menées depuis plusieurs mois par le collège salarié dont les propositions cohérentes, tempérées et reconnues par la Préfecture et le Conseil Régional, peuvent permettre une maîtrise des dépenses avec le maintien dans l'emploi de tous dans cet établissement public dans le cadre de la GPEC.

Rappel : le 4 avril dernier, l'ensemble du collège salarié à la CPL décidait de démissionner collectivement suite à la présentation par la direction d'un projet de licenciement de 10 agents. Cette démission entraînait la suspension de cette procédure irrégulière, l'assemblée générale de la CMA 64 ne pouvant pas statuer en l'absence d'avis de la CPL. Le 25 novembre 2013, un mouvement de grève avait mobilisé 93 % des salariés de la CMA 64 suite à la première annonce de ces licenciements.

Une nouvelle médiation avait été organisée par le Préfet de Région le 10 juin dernier pendant laquelle les propositions du collège salarié ont été enfin prises en compte. Pour la CFDT CMA, toutes les conditions sont aujourd'hui réunies pour une sortie de crise que connait cette chambre de métiers depuis un an.

CFA de la CMA-Oise : « Une situation lamentable ! »

  • Arrêts de travail inférieurs à 2 jours : + 30 %
  • Arrêts de travail entre 2 et 5 jours : + 66 %
  • Arrêts de travail entre 1 et 3 mois : + 66 %

C'est le triste bilan annoncé par le collège employeur lors du CHS du 11 juillet 2014, en présence des services de la Médecine du Travail venus présenter un rapport alarmiste concernant les conditions de travail sur le site du CFA de Compiègne.

  • « profond manque de communication et d’accompagnement au changement »
  • « manque de reconnaissance du travail réalisé », « sentiment d’injustice et d’incompréhension suite au départ de collègues »
  • « manque de prise en compte de la dimension humaine »
  • « manque de disponibilité […] notamment concernant la relation aux entreprises »
  • « L’organisation actuelle des heures de cours représente une certaine problématique »
  • « Le suivi pédagogique en est donc impacté […] et une difficulté à réaliser un suivi de qualité vis-à-vis des élèves »

sont quelques points parmi les plus saillants extraits du rapport présenté en CHS par la psychologue du travail de SMTVO, Virginie Thomas, accompagnée du Docteur Chambon.

Si une amélioration est également notée depuis l'arrivée toute récente de la nouvelle direction au CFA (janvier 2014), cette série d'entretiens menée, après tirage au sort parmi les personnels, entre avril et mai 2014, ne fait que confirmer ce que nous n'avons eu de cesse de dénoncer depuis 2011.

Le Président Zéphyrin Legendre s'était pourtant engagé à respecter le Statut des CMA en organisant, pour la première fois, une négociation annuelle des emplois du temps, durant la première quinzaine de juillet. Mais, le 11 juillet, son Vice-Président, Denis Debraine, revenait sur cette parole donnée au prétexte que le Président était parti en congés. Les emplois du temps seront donc de nouveau en place sans aucune négociation, pourtant obligatoire et inscrite au Statut. Apprentis comme professeurs devront subir, une année de plus, des emplois du temps dépassant les limites légalement fixées et des séquences pédagogiques de 3, 4, 5 voire 6 ou 7 heures d'affilée dans une même matière.

« Cette situation est lamentable ! Nous attendons toujours avec impatience la réaction de la Préfecture de Région qui, cette fois-ci, nous n'en doutons pas, prendra toute la mesure de l'urgence de la situation et ses responsabilités en la matière ! A défaut, nous devrons, de nouveau, nous adresser au Tribunal Administratif, afin de faire annuler ces emplois du temps ! » note Gil Mettai, délégué syndical de la CMA-Oise et membre du Bureau Régional des Services Picardie.

La section syndicale CFDT CMA-Oise

Contact presse :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Président de la République veut développer l’apprentissage, les entrepreneurs des CMA suppriment les sections d’apprentissage

Les patrons qui dirigent les CMA (Chambres de Métiers et de l'Artisanat) suppriment des postes dans les chambres de métiers et les centres d’apprentissage au dépend de la qualité de la formation des jeunes.

Les discours de posture tenus lors de la conférence sociale sont en contradiction avec les faits.

Ce sont plusieurs centaines d'emplois qui sont menacés dans les chambres de métiers et de l'artisanat suite à la gestion désastreuse menée par les chefs d'entreprise responsables des CMA.

La Fédération des Services dénonce l’incohérence des patrons, le manque total de dialogue social et de respect des salariés ainsi que de leurs représentants.

La conférence sociale ne doit pas servir de tribune médiatique.

La conférence sociale doit être utile à l’emploi.

Outils

A propos