Hôtellerie, Tourisme, Restauration

La CFDT négocie des améliorations pour les salariés du groupe Louvre Hôtels

La négociation annuelle sur la rémunération, le temps de travail et le partage de la valeur ajoutée dans l’entreprise vient de se dérouler dans le groupe Louvre  Hôtels  qui compte près de  180 hôtels (sous les marques Première Classe, Campanile, Kyriad, Tulip Inn, Golden Tulip, et Royal Tulip) et emploie plus de 10 000 collaborateurs en France.

L’équipe CFDT, première force syndicale dans le groupe, a négocié des améliorations pour le pouvoir d’achat et la qualité de vie des salariés.

Un pouvoir d’achat augmenté :

  • Des augmentations des salaires de 1,3%, avec un minimum de 23 euro d’augmentation garantie, pour ceux du siège bénéficiant de la mise en place progressive d’un 13è mois ;
  • Une enveloppe de 1,3% d’augmentation individuelle pour les cadres qui ne bénéficient pas de la mise en place du 13è mois ;
  • La création d’un forfait annuel d’indemnité kilométrique vélo sur une distance comprise entre 1 et 5 km entre le domicile et le lieu de travail : 25 € pour les salariés ne travaillant pas en coupure, 50 € pour les salariés dont la journée de travail fait l’objet d’une interruption de de plus de 2 heures consécutives ;
  • La mise en place d'une prime de médaille du travail :
    • Argent 20 ans d’ancienneté 400 € ;
    • Vermeille 30 ans d’ancienneté 600 € ;
    • Or 35 ans d’ancienneté 1 000 € ;
    • Grand or 40 ans d’ancienneté 1 500 € ;

La solidarité et les œuvres sociales renforcées :

  • La création d'un fonds social de groupe pour renforcer le dispositif mis en place en décembre 2015 pour accompagner les salariés du groupe en difficultés personnelles. Chaque année, une centaine de salariés du groupe en bénéficient (accompagnement social sur les problématiques telles que le budget, la santé, la famille, le logement, …) ;
  • Une augmentation de la subvention des activités sociales et culturelles des comités d’établissements de l’unité économique et sociale (UES).

La qualité de vie et le temps de travail améliorés :

  • La compensation du travail de nuit : passage de 1 à 5% des compensations en repos compensateur des heures réalisées entre 22h et 7h et passage du forfait annuel de 2 à 3 jours à compter du 1 juillet 2018 (la convention collective est à 1% et à 2 jours seulement) ;
  • La mise en place d'un 4ème jour enfant malade.

Casinos-Jeux : la CFDT avance ses revendications

Le 1er et 2 mars 2018, les mandatés fédéraux CFDT se sont réunis pour échanger, s’approprier les enjeux des nouveautés législatives et élaborer des revendications communes pour défendre les salariés du secteur.

Travail de nuit

Les représentant.e.s CFDT des salarié.e.s des casinos font de la valorisation du travail de nuit leur première revendication.

Ces contraintes font partie des critères de pénibilités qui ont un impact sur la vie privée et familiale, ainsi que sur la santé des salariés. Les élus CFDT demandent que le travail de nuit soit négocié dans les accords QVT et pénibilité pour y inscrire :

  • La mise en place d’un palier de jours de repos en fonction du nombre d’heures de nuit travaillées :
    • 200 h => 3 jours
    • 400 h => 4 jours
    • 500 h => 5 jours
    • 600 h => 6 jours
    • 800 h => 7 jours
    • 1000 h => 8 jours
    • 1600 h => 12 jours
  • Une compensation financière par paliers sur la rémunération brute :
    • 600 h => 10% 
    • 600 à 800 h => 15%
    • 800 à 1000 h => 20%
    • Plus de 1000 h => 30 %

Une visite médicale annuelle obligatoire et un suivi médical adapté à partir de 45 ans ;

Un accès facilité à la formation : la formation « gestion du sommeil » obligatoire et des formations e-learning en horaires de nuit ou centre de formation qui vient avec des horaires adaptés et adaptation du planning ;

Une priorité reconnue pour passer au travail de jour sans perte de salaire et une formation automatique au nouveau poste ;

Une prime de transport pour l’utilisation de la voiture de nuit ;

L’application effective de la législation existante : application de l’avenant 9 de la convention collective nationale, la prise en compte dans le compte pénibilité (C2P) ;

Un recours dégressif au travail de nuit suivant l’âge du salarié : mise en place à partir de 55-57 ans d’un 4-2 puis 3-2 ans ou d’un repos complémentaire. Limiter les heures de fermetures suivant l’âge des salariés. Le tout sans perte de rémunération, notamment pour la rémunération variable.

Rémunérations

Les représentants CFDT des salariés des casinos-jeux demandent une revalorisation générale des salaires dans les casinos ayant une bonne santé économique. En effet, le pouvoir d’achat des salariés des casinos est en diminution depuis plusieurs années.

  • Un 13e mois pour tous les salariés
  • Un accord de participation mis en place dans tous les casinos.

Conditions de travail

Les représentants CFDT alertent sur les conditions de travail dans les casinos qui exposent leurs salariés aux hautes ou basses températures : surpopulation dans les salles de jeux, espaces ouverts ou en semi-extérieur etc. Ces derniers provoquent également des risques de tabagisme passif.

Sécurité 

Les représentant.e.s CFDT des salarié.e.s des casinos-jeux demandent une meilleure prise en compte de la sécurité dans les casinos-jeux. Dans un contexte de montée des incivilités (manque de respect envers les salarié.e.s, violences verbales, menaces) et anxiogène suite aux attentats, une réflexion et une augmentation des moyens sont nécessaires pour préserver les conditions de travail des salariés, des personnels de sécurité et des clients.

Le rôle des agents de sécurité et leur marge d’action doit être claire et mieux définie. La formation des agents pour détenir la carte professionnelle est une priorité au vue du décret afférent.

Aujourd’hui, une confusion ou un manque de moyens fait que des agents de sécurité ne peuvent pas agir dans les conditions nécessaires pour garantir la sécurité.

  • Les représentants CFDT revendiquent l’installation de dispositifs de sécurité dans les casinos : portiques, issues de service, moyens de protection renforcées.
  • Les représentants CFDT des salariés des casinos-jeux demandent des missions définies dans les fiches de postes pour les agents de sécurité stipulant les marges d’actions et explicitant la prise de décision.

Clubs de jeux

La mise en place de clubs de jeux depuis le 1er janvier 2018 demande une vigilance et un accompagnement par les élus des casinos. Il s’agit à la fois d’apporter des revendications protectrices pour ces futurs salariés s’ils sont sous la même convention collective, et de préserver le secteur des casinos.

Polyactivité & polyvalence

La polyactivité et la polyvalence doivent être limitées et, si leur recours est nécessaire, la reconnaissance doit être valorisée (rémunération, compétence, classification).

La polyvalence / polyactivité ne doivent jamais être synonyme de substitution de poste ou un frein à l’embauche.

Contrats précaires

Les représentants CFDT des salariés des casinos-jeux mettent en garde quant au recours aux contrats précaires (CDD, temps partiels, extras) qui tendent à se multiplier, et ce même dans les casinos en bonne santé économique.

Global Business Travel : une équipe parée au décollage

Avec plus de 1000 salariés, GBT France est une filiale de la multinationale américaine, anciennement dénommée American Express voyages. La CFDT y est implantée avec une équipe qui a obtenu de nombreuses avancées pour les salariés

Dans le cadre de la préparation des élections professionnelles et forte de son action sur le mandat 2014-2018, bien qu’elle ne soit pas l’organisation syndicale majoritaire, la section CFDT s’est engagée avec succès pour :

  • L’accompagnement des salariés sans discrimination par une présence dynamique des DP et un examen minutieux de chaque situation ;
  • La mise en conformité du fonctionnement national du CE ;
  • La défense des augmentations salariales ;
  • Le soutien aux salariés en invalidité ;
  • La montée en compétences et partage des informations aux salariés sur la situation économique et sociale de l’entreprise, notamment en sollicitant les expertises ;
  • Etre force de proposition dans les négociations Handicap, formation pro et égalité pro.

L’équipe est mobilisée d’autant plus dans un contexte où la politique sociale se durcit à GBT, sous motif notamment d’harmonisation avec le fonctionnement d’autres pays.

Dans le cadre des élections à venir et de la mise en place des ordonnances auxquelles la CFDT n’est pas favorable, la section a été accompagnée pour pallier aux mieux les incertitudes. En effet, l’équipe CFDT devra faire face à l’instauration d’une nouvelle forme d’instance de représentants du personnel (le comité social et économique) tout en y ayant une action forte pour défendre ses valeurs.

Voir aussi

Pour suivre l’action de l’équipe et la contacter sur facebook : CFDT Global Business Travel Facebook

Comité interministériel du tourisme : on reprend les mêmes et on recommence ?

Absent des débats lors de la présidentielle et aux prémices du quinquennat, le secteur du tourisme a été mis en avant par la création du Comité interministériel du Tourisme. Le gouvernement a réuni ce comité le 26 juillet dernier et défini 6 domaines d’action prioritaire.

La CFDT soutient les initiatives en faveur du secteur. Elle constate aussi que ce chantier est une reprise du plan d’action des Assises du Tourisme laissé en jachère, et regrette le manque de consultation des représentants des salariés.

Première constatation, les 6 domaines d’action prioritaire reprennent ceux des Assises du Tourisme de 2014 :
  • Qualité de l’accueil et sécurisation des sites : facteurs essentiels de satisfaction et de fidélisation des touristes ;
  • Structuration de l’offre touristique : pour attirer un nombre croissant de touristes internationaux ;
  • Soutien étatique en matière d’investissements : volet fondamental de la stratégie du Gouvernement ;
  • Formation et l’emploi : domaines clés de la qualité de l’offre de services ;
  • Soutien à la numérisation et au partage d’information : pour renforcer la compétitivité de la filière ;
  • Accès aux vacances pour le plus grand nombre.

De plus, les membres de ce Comité sont sensiblement les mêmes que ceux du Conseil de promotion du Tourisme, qui devait appliquer les axes des Assises.

La bonne nouvelle, c’est la feuille de route élaborée par le gouvernement qui prévoit des échéances pour mettre en œuvre le développement du secteur : http://www.gouvernement.fr/tourisme.

La CFDT déplore cependant le manque de place laissé aux questions sociales et aux représentants des salariés, absents de plusieurs grandes étapes du programme. En effet, si les premiers chantiers portent sur les infrastructures puis les nouvelles stratégies de développement, l’emploi, la formation et les conditions de travail arrivent dans les dernières échéances (2019).

Or, ce sont des volets primordiaux pour les salariés qui vont porter cette dynamique du secteur et les priorités énoncées (accueil, numérique etc.).

Les leviers d’actions pour intensifier le potentiel emploi du secteur, dé-précariser le travail saisonnier, accélérer la montée en compétences des salariés sont nécessaires pour la réussite de ce plan national du Comité interministériel.

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos