Immobilier

Immobilier, proposition salariale très insuffisante

Le 19 décembre dernier a eu lieu une réunion de négociation sur les salaires pour les résidences de Tourisme.

Le SNRT, le syndicat patronal, a proposé une augmentation de 0,8% pour les 3 premiers niveaux de la grille, 0,5% pour les agents de maitrise (niveau 4 et 5) et rien pour les niveaux 7 à 10.

La proposition n’étant pas du tout satisfaisante, nous allons faire une contre proposition.

ADOMA (hébergement des personnes en difficultés) : la CFDT Services demande au gouvernement des garanties sur l’avenir des missions d’Adoma

Adoma(Ex SONACOTRA) , est une entreprise au statut particulier dont l’Etat est actionnaire majoritaire à 57%. Elle a pour objet d’héberger et de loger des populations en grande difficultés sociales. Depuis 2010, l’Etat a confié la gestion d’Adoma au groupe SNI (Société Nationale Immobilière).

Le manque d’information sur les  négociations en cours a conduit la CFDT Services, première organisation syndicale dans l’entreprise, a interpeller le ministère du logement pour dénoncer le manque de concertations dans le processus actuel.

Lors de la rencontre qui a eu lieu fin septembre avec le ministère, les militants CFDT Adoma, soutenus par la CFDT Services, ont fait part de leurs inquiétudes sur le devenir de cette entreprise qui a un rôle important dans la politique du logement social en France grâce à son réseau territorial et au  professionnalisme de ces salariés.

La CFDT Services a réaffirmé le rôle d’utilité publique d’Adoma pour le logement des plus démunis, des plus précaires, des isolés et des personnes vieillissantes.

La CFDT est décidée à  peser de tout son poids pour défendre la sauvegarde des missions et de l’emploi des salariés d’Adoma.

 

 

Repères 

 

Adoma est présente dans 56 départements et plus de 450 villes. Elle gère 528 foyers, résidences sociales et pensions de famille (70000 logements), 137 structures d’accueil de demandeurs d’asile (8000 places), 24 centres de stabilisation et d’hébergement d’urgence (1500 places). 

 

Accord temps partiel pour les gardiens concierges et employés d'immeuble : pour la CFDT Services, c'est NON !

 

La CFDT a décidé de ne pas signer l’accord sur la rénovation de l’organisation du temps partiel dans le secteur des gardiens concierges et employés d’immeuble *.

 

Cet accord propose en effet une durée hebdomadaire minimale largement en dessous du socle minimal de 24 heures fixé par la loi sur la sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013.

 

Même si cet accord apporte quelques avancées pour les concierges, il met en place un régime dérogatoire pour les employés d’immeuble et prévoit un seuil en fonction de la taille des résidences, soit entre 2 heures/semaines à 14 heures semaine.

 

Si la CFDT et l’ensemble des organisations syndicales étaient d’accord pour la mise en place d’un seuil en fonction de la taille des résidences, la Fédération des Services CFDT refuse que les bases horaires soient aussi faibles et ne permettent pas de déprécariserla situation des employés d’immeuble en leur permettant d’accéder, par exemple, aux prestations en espèces de l’assurance maladie.

 

Pour la Fédération des Services CFDT, les garanties restent maigres et les seuils proposés par les organisations patronales trop faibles au regard des contreparties.

 

Nous ne pouvons que déplorer la qualité du dialogue social dans la branche qui fait des employés d’immeuble des variables d’ajustement.

 

Pour la CFDT, il n’est pas question de brader le droit des salariés, et d’abandonner la proie pour l’ombre.

 

 

 

 

*Repères :

Le secteur des concierges, gardiens d’immeuble compte 54 070 entreprises et 70 800 salariés dont 65,1 % de femmes.

58% des salariés ont 50 ans et plus.

46,2% des salariés sont à temps partiel (au 31/12).

24% des salariés de moins de 29 ans sont en CDD.

100 % des salariés sont dans la catégorie « employé ».

Source : la DARES, données statistiques à fin 2011

 

 

 

 

 

 

La CFDT signe l’accord temps partiel dans la CCN immobilier

La branche immobilier ne faisait pas partie des branches ayant obligation de négocier sur le temps partiel, mais les partenaires sociaux avaient décidé d’étudier les possibilités de mieux encadrer le recours au temps partiel.

Cet accord prévoit donc que le minimum conventionnel est de 24 h.

Par dérogations - dans les secteurs d’activités des locations touristiques et de courte durée - les personnels de ménage, les salariés effectuant les « états des lieux »  ainsi que le personnel d’accueil et de réception (si ces services ne fonctionnent pas 24/24) auront une durée minimum de 8 heures semaine.

Ces 8 heures seront obligatoirement regroupées par demi-journée de 4H.

Il est aussi institué des compléments d’heures par avenant, au nombre de 6 et limités à 16 semaines par année civile (hors cas de remplacement). Les heures effectuées dans le cadre de ces avenants sont majorées de 10%.

Une prime de coupure de 4 euros pour les personnels de restauration et d’accueil est créée quand cette coupure dépasse les 2 heures.

Les salariés travaillant moins de 24h ne peuvent pas avoir de coupure de plus de 2 heures.

La CFDT se félicite qu’un dialogue social constructif ait pu aboutir à un texte équilibré, permettant de créer de nouveaux droits sociaux et de lutter contre la précarité, souvent associée au temps partiel subi.

Grand écart chez les gardiens-concierges sur le temps partiel

Lors de la dernière Commission Mixte Paritaire de négociation de la convention collective consacrée au temps partiel, les partenaires sociaux n'ont pu que constater le grand écart entre les positions des syndicats de salariés (OS) et des organisations patronales.

Pour la catégorie B (employés d'immeubles), les syndicats de salariés ont proposé :
  • 6h en dessous de 30 lots,
  • 12h de 30 à 50 lots,
  • 18h de 50 à 80 lots,
  • 24 h au-dessus de 80 lots,
  • Zone touristique : 1 avenant par saison pour la haute Savoie (Décembre à Avril) et PACA (Juin à septembre) avec majoration 20%,
  • Pour les heures complémentaires une Majoration de 20% dès la première heure,
  • Coupure : 70% du minimum garantie sans être inférieur à 3€,
  • Rémunération complémentaire de tri sélective.

 

Ce a quoi les organisations patronales ont proposé :
  • 2h de 30 lots  à 59 lots,
  • 6h au-delà de 60 lots,
  • Prime de coupure à 50% du minimum garantie sans mini de 3 euros pour une coupure de 12h,
  • Majoration heures complémentaires 20 % jusqu'au 1/3 et 25% au-delà,
  • 2 avenants de 3 mois limités aux zones touristiques.

Outils

Partenaires

A propos