Prévention Sécurité

Salaires dans la Prévention Sécurité

Voici les propositions patronales présentées lors de la dernière réunion de négociations annuelles obligatoires (NAO) de branche sur les salaires :

1°) augmentation uniforme de tous les coefficients de la grille de 0,8 % (de sorte que les écarts entre les minima demeurent conformes à l'accord de 2006) au 1er janvier 2014 (après extension).

2°) un effort particulier consenti au bénéfice des salariés au coefficient 120 (1er niveau), sous forme d'une prime qui serait attribuée pour l'année 2014 dans les conditions formulées selon le pré-projet ci-dessous :

« A titre conjoncturel pour l'année 2014, il est instauré une prime mensuelle dite « de différentiel » au bénéfice exclusif des salariés au coefficient 120 dont le salaire brut de base (hors primes de toute nature) serait, au moment de l'entrée en vigueur du présent accord, inférieur au montant de 1 447 €. Le montant de cette prime sera donc fonction, pour chaque salarié concerné, de son salaire de base après application de la nouvelle grille issue du présent accord.

Exemples de calcul pour un salarié à temps complet:
  • pour un salarié au coefficient 120 dont le salaire brut de base serait juste égal au nouveau minima conventionnel (soit 1422,23 x 1,008 = 1433,60 €), la prime différentielle sera de 1447 – 1433,60 = 13,4 €.
  • pour un salarié au coefficient 120 dont le salaire brut de base serait de 1.442 € (« hors grille ») la prime différentielle sera de 1.447 – 1.442 = 5 €
  • pour un autre salarié « hors grille » au coefficient 120 dont le salaire brut de base serait supérieur à 1.447 €, la prime ne serait pas due.

Cette prime est réduite à due proportion pour un salarié à temps partiel.

Elle entre dans l'assiette de calcul de toutes les majorations et primes légales et conventionnelles telles que, notamment, celles afférentes à l'ancienneté, aux heures supplémentaires, aux heures de nuit et dimanche. »

Par ailleurs, comme déjà évoqué, nous vous confirmons notre volonté commune de rechercher un accord sur l'instauration conventionnelle d'une indemnité de nettoyage des uniformes sur présentation de justificatif et dans des conditions à faire valider auprès de l'ACOSS (agence centrale des organismes de sécurité sociale).

 

Négociation salariales dans la Prévention Sécurité

Après l’annulation des commissions mixtes des 1er et du 15 octobre relatives aux NAO de branche (négociations annuelles obligatoires sur les salaires), une réunion s'est finalement tenue mardi 29 octobre après-midi au ministère du travail.

La CFDT, forte de sa 1ère place aux résultats de l’audience électorale de branche, et pour faire suite à la proposition patronale d’accorder 0,8 % sur l’ensemble de la grille avec la mise en place d’une prime pour le premier coefficient qui ressemble à une usine à gaz, a proposé à l’UNSA, à la CGC et à la CFTC de faire une proposition commune.

Le dernier accord triennal de branche pour la période 2011-2013 prévoyait 2 % d’augmentation sur l’ensemble de la grille. La proposition minimale serait de reconduire ce montant pour 2014.

FO se joindra probablement à la proposition, mais pas la CGT.

Agents de sécurité, renouvellez votre carte professionnelle !

Si vous êtes salarié d'une entreprise de prévention sécurité (agent de surveillance humaine ou surveillance par les systèmes électroniques de sécurité ou gardiennage, agent cynophile, agent de sûreté aéroportuaire, transporteur de fonds ou chargé de la protection physique de personnes, opérateur de vidéo protection ou agent de recherches privées) vous devez renouveler votre carte professionnelle tous les 5 ans.

Pour la plupart des agents, l'échéance est au 31 décembre 2013, or vous devez faire votre demande au moins 3 mois avant.

Préservez votre emploi, renouvelez votre carte

Cliquez ici pour lire la suite de l'article sur le site dédié au salariés de la prévention sécurité.

98 des 108 agents de sûreté en grève à l'aéroport de Bâle Muhouse

Les agents de sûreté aéroportuaire de l'aéroport de Bâle-Mulhouse sont à fleur de peau et ont se sont déclarés en grève samedi dernier. Rien ne va plus depuis la reprise du marché aéroportuaire de Bâle-Mulhouse par la société SAMSIC . Déjà en décembre dernier,  ils avaient été obligés de brandir le préavis de grève pour que la direction daigne entendre les problèmes auxquels les salariés étaient confrontés depuis leur transfert de la société SECURITAS STAS vers SAMSIC.

Le changement d’entreprise a engendré une désorganisation du temps de travail, des conditions de travail déplorables et des erreurs fréquentes sur les fiches de paies.

La CFDT n’a cessé de dénoncer les véritables raisons qui, à chaque reprise de marché, viennent modifier l’organisation et les conditions de travail des salariés sans parler des pertes du pouvoir d’achat engendré par une concurrence désorganisée.

L’acquisition des marchés sur la base du moins disant, auquel se livrent toutes les entreprises et l’accord de reprise du personnel signé entre FO et les employeurs du secteur sont les véritables causes du désastre social, dont seuls les salariés de la profession et leurs familles font régulièrement les frais.

Faute de s’entendre sur les prix, les employeurs ont trouvé dans l’accord de reprise du personnel, des artifices censés les protéger des entreprises qui pratiquent des tarifs basés sur le moins disant.  Mais dans cette affaire se sont toujours les salariés qui trinquent !

Les donneurs d’ordres sont aussi responsables de cette situation.

Pour la CFDT, la sûreté et la sécurité des citoyens ne doivent pas être bradées, les conditions de travail de ceux qui y veillent non plus. 

 

Chez SECURITAS, le social est toujours en berne !

Après s'être fait remarquer en 2011, lors des négociations relatives à la Prime de partage des profits, SECURITAS France SARL renoue avec l'avarice et le mépris !

Lors des Négociations Annuelles Obligatoires pour 2013, la Direction de l'entreprise a proposé en guise de rémunération une revalorisation de 10 centime d'€uro pour la prime de panier.

Cette prime, dont le montant conventionnel est actuellement de 3,43 €, est accordée aux salariés pour six heures de travail effectif.

Au-delà du montant proposé c'est la stratégie, appliquée par la direction de SECURITAS dont l'objectif est de caricaturer les modalités de la négociation collective, que dénonce la CFDT.

Outils

Partenaires

A propos