Propreté

Temps partiel dans la branche propreté : la CFDT ne sera pas signataire mais s’engagera dans de nouvelles négociations

La CFDT a décidé de ne pas signer l’accord sur la rénovation de l’organisation du temps partiel dans le secteur de la propreté.

Cet accord propose en effet une durée hebdomadaire minimale de 16 heures, durée largement en dessous du socle minimal de 24 heures fixé par la loi sur la sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013.

La CFDT est par contre favorable aux nouvelles négociations proposées par la Fédération des entreprises de propreté (FEP).

Dans son courrier adressé le 22 janvier aux organisations syndicales, la FEP propose :
  • La mise en œuvre des 24 heures minimales hebdomadaires pour tous les salariés dans un délai de 5 ans.
  • La création d’un comité de suivi paritaire de l’accord.
  • La mise en œuvre de chartes partenariales pour normaliser les critères de choix des appels d’offres.
  • La formation et l’accompagnement des adhérents de la FEP.

La CFDT retournera à la table des négociations avec l’objectif d’aboutir à un accord de qualité pour les salariés du secteur.

Temps partiel dans la Propreté : "dead-line" fin novembre

Compte-rendu de la réunion de négociation du 24 octobre sur le temps partiel.

Les négociations ont porté sur une deuxième thématique : la majoration des heures complémentaires et les compléments d’heures.

La FEP (Fédération des Entreprises de Propreté) n’a pas souhaité revenir sur le nombre d’heure minimum (difficile d'envisager un accord rapide sur ce point) et souhaite avancer sur la négociation.

L’objectif patronal est de boucler la négociation avant le 30 novembre pour que le texte puisse être applicable au 1er janvier.

La proposition patronale est une majoration des heures complémentaires de 10 %. L’ensemble des syndicats était sur la logique de 25 %. L'écart est encore grand avant d'aboutir à un accord.

Le sujet de la contractualisation des heures complémentaires (nécessité de conclure des avenants au contrat de travail) a conduit à suspendre les négociations, la délégation patronale n’ayant pas mandat pour négocier sur le sujet.

Les prochaines réunions de la commission mixte sont prévues les 5  et 20 novembre.

Négociation difficile sur le temps partiel dans la Propreté

La réunion du 3 octobre était la 4ème réunion sur la rénovation du temps partiel dans la branche.

La Fédération des Entreprises de Propreté (FEP, organisation patronale) propose une durée minimum de 15,4 heures par semaine, par dérogation au nouveau minimum légal de 24 heures hebdomadaires. Cela correspond à l’ouverture des prestations en espèces de la sécurité sociale à savoir 200 heures par trimestre (soit 200/3/4,33 = 15,40). Cela doit néanmoins s’organiser avec les 10 heures minimum prévues dans la Convention Collective Nationale (article 6.2.4). La FEP souhaite que les entreprises puissent déroger au seuil minimum en cas de perte de marché (article 7).

La réunion du 15 octobre a été annulée suite à la manifestation (CGT, FO) contre la réforme des retraites, la prochaine aura lieu le 24/10 et il s'agira de négocier le nombre d'heure minimum et les effets de l'article 7.

Fin de la grève chez Elior Propreté

L'ensemble des 70 salariés d'Elior Services du site Micro électronique à Rousset étaient en grève depuis le 22 septembre 2013. Ils se sont tous mobilisés à l’appel de la CGT et La CFDT.

Ils revendiquaient la mise en place d’une prime de blanchissage sur la tenue de travail avec un paiement rétroactif.

Ils ont obtenu gain de cause :
  • Paiement d’une partie des arriérés (500 €),
  • 20 euros de prime de salissure,
  • Possibilité de récupérer les jours de grève perdus (35 h).

Fin du conflit et reprise de travail samedi 29 à 20 h.

Outils

A propos