Propreté

Fin de la grève chez Elior Propreté

L'ensemble des 70 salariés d'Elior Services du site Micro électronique à Rousset étaient en grève depuis le 22 septembre 2013. Ils se sont tous mobilisés à l’appel de la CGT et La CFDT.

Ils revendiquaient la mise en place d’une prime de blanchissage sur la tenue de travail avec un paiement rétroactif.

Ils ont obtenu gain de cause :
  • Paiement d’une partie des arriérés (500 €),
  • 20 euros de prime de salissure,
  • Possibilité de récupérer les jours de grève perdus (35 h).

Fin du conflit et reprise de travail samedi 29 à 20 h.

Communiqué de Presse - ELIOR SERVICES PROPRETÉ, les salariés toujours en grève sur le site MICRO ELECTRONIQUE à ROUSSET

Les salariés d'Elior Services toujours en grève après cinq jours de mobilisation sur le site de Micro électronique à Rousset.

70 salariés sont toujours déterminés et unis en lutte pour exiger leurs dus :

  • Paiement d'une prime de blanchissage sur la tenue de travail.

100 % des salariés mobilisés face à une direction qui se dit favorable à un dialogue social mais qui est à ce jour inaudible à la revendication légitime des salariés de la propreté du site de Micro électronique.

Le syndicat Commerce et Service CFDT 13 soutiendra les salariés en grève et en justice comme nous l'avons fait pour l'entreprise CARREFOUR qui a été condamnée sur tout le territoire national avec des dizaines de milliers de dossiers amenés par la CFDT.

Nous demandons à la direction d'Elior Service – filiale d'un groupe multinational qui ne cesse de faire des profits et des placements financiers, de respecter leurs droits concernant la prise en charge du blanchissage de leur tenue de travail.

  • 0
  • Écrit par Romain MICHELON

Temps partiel dans la branche propreté : le patronat veut négocier à minima

La Fédération des Services CFDT, moteur de la création d’un socle minimal pour les contrats à temps partiel dans l’Ani du 11 janvier 2013, déplore le peu de volonté de la partie patronale à déprécariser les salariés du secteur propreté.

 

Les négociations, imposées par la loi du 14 juin 2013, n’ont toujours pas « réellement » débutées.

 

La FEP (fédération patronale) propose un texte tellement caricatural qu’il est difficile d’en faire un document de travail. Les deux premières réunions n’ont pas servi à engager la négociation mais à définir trois nouvelles dates de rencontre.

 

Pour rappel, ce secteur d’activité compte 60% de femmes et un taux d’utilisation du temps partiel de 75%.

 

La CFDT souhaite donc utiliser cette négociation pour mettre un terme à cette précarité qui pénalise d’abord les femmes.

 

La Fédération des Services CFDT revendique :

 

La mise en place d’une base contrat minimum permettant aux salariés de vivre dignement
 
La limitation des coupures de travail quotidiennes.
 
Le paiement des heures complémentaires au même taux que les heures supplémentaires.
 
Une plus grande accessibilité à des formations qualifiantes pour les salariés les moins formés.
 
Le retour au droit commun concernant la possibilité d’effectuer des heures complémentaires au-delà d’un pourcentage du temps de travail prévu au contrat.
 
Le paiement des cotisations sociales patronales retraite sur la base d’un taux plein pour les salariés à temps partiel comme le permet le code de la sécurité sociale.
 
Le respect des périodes de repos hebdomadaire et quotidien.
 
L’engagement de la branche de privilégier le travail de jour et de normaliser les critères de choix des appels d’offres pour éviter la prime au « moins disant ».
 
La mise en place d’un 13ème mois.
 
Un suivi régulier dans la branche du recul du temps partiel

 

Secteur de la propreté : les salaires seront augmentés de 1,43 % à compter du 1er janvier 2014

La négociation entre la Fédération des entreprises de propreté (FEP) et les organisations syndicales a abouti ce matin. La CFDT, la CGT, FO et CFTC ont formulé ce matin leur accord pour une augmentation de 1,435 %. Ce n'était pourtant pas gagné, la fédération patronale avait en effet proposé une réévaluation qui, avec 1%, conduisait à une perte du pouvoir d'achat pour les salariés du secteur. Le taux horaire passera donc de 9.61 euros à 9.75 euros brut.

La Fédération des Services CFDT a décidé de signer mais a rappelé que des efforts doivent être consentis sur le temps partiel qui concerne 75 % des salariés du secteur.

Outils


Bulletin d'adhésion


Partenaires

A propos