Hôtellerie, Tourisme, Restauration

L’agonie de Thomas Cook, exemple médiatique d’un secteur à soigner

« Séisme » dans le monde du tourisme, « mort tragique » de l’enseigne, « le plus grand rapatriement civil de l’histoire », la faillite de Thomas Cook est à juste titre sur le devant de la scène de l’actualité.

La CFDT exprime son soutien à l’ensemble des personnes qui subissent ou craignent les retombées de cette liquidation. Il s’agit des voyageurs et, surtout, des 22 000 salariés qui risquent de perdre leur emploi et qui pourtant gèrent aujourd’hui la cohue générée par l’annonce.

Beaucoup d’encre (digitale) coule sur les causes de cette triste nouvelle, expliquant çà et là un cercle vicieux d’endettement, de concurrence et de mauvaise chance.

A ce stade, rares sont les articles qui évoquent aussi les conditions de travail délétères et la pression que vivent ces salariés dans cette entreprise au bord du précipice depuis de nombreuses années.

Thomas Cook est le nuage qui cache l’ouragan, car sa chute n’est pas un cas isolé.

La CFDT dénonce depuis plusieurs années la gestion délétère des agences de voyages et tours opérateurs : externalisations, parcellisation du travail, délocalisations, course aux bas prix, comptabilité morcelée, dividendes aux actionnaires...le manque d’éthique conduira toujours à de la détresse sociale et à une économie malsaine.

GBT, BCD Travel, Egencia, Fram (etc.), sont aussi des grandes enseignes métastasées par ces procédés, et qui sont sous pressions permanentes de nouvelles excisions.

La CFDT a d’ailleurs rencontré le Ministère de l’économie en mars dernier pour lui demander une consultation des acteurs du secteur. Les représentants du Ministère, sans chiffres nationaux, ont répondu ne pas en voir la nécessité pressante en vue, selon leurs impressions, de la bonne santé du secteur, « créateur d’emplois » (sic.).

Lire l'information de la CFDT aux salariés : ici

Elections chez Belambra : la CFDT formule 27 propositions !

Les élections pour la mise en place du comité social et économique (CSE) dans l'entreprise de tourisme BELAMBRA se déroulera le mardi 3 septembre. LA CFDT propose une liste de candidates et de candidates qui ont travaillé sur un projet ambitieux avec pas moins de 27 propositions. 

La profession de foi de l'équipe est en pièce jointe. 

Pas de chasse aux œufs dans les espaces de loisirs, d'attraction et culturels, la CFDT fait la chasse à la faible rémunération !

Pour rappel les partenaires sociaux de la branche n’avaient pas conclu d’accord en 2018. La grille applicable datait de 2017.

Les 2 premiers niveaux échelons de la branche ont donc été rattraper par l’augmentation du smic 1521€.

En cette année 2019, un accord a été conclu avec une grille réévaluée en moyenne de 2.51%.

Tous les niveaux sont ainsi augmentés au moins à hauteur de 2.38%, sauf le coefficient 150, 2.77% (ce qui représente pour le premier niveau sur la grille smic une augmentation de 1%).

Seul l’UNSA n’est pas signataire de l’accord de branche.

Niveau

Echelon

Coefficient hiérarchique

Rémunération mensuelle minimale

1

150

1536,43

2

154

1553,00

3

158

1563,53

II 

1

175

1574,00

2

181

1589,62

3

187

1604,10

III 

1

200

1627,52

2

215

1724,97

IV 

1

220

1768,60

2

250

1996,15

3

280

2225,83

4

300

2295,17

V

 

300

2295,17

VI

 

360

2733,71

VII

 

430

3264,51

VIII

 

520

3948,85

Après plus d’un an sans accord et donc sans revalorisation des salaires, la CFDT, première organisation syndicale dans la branche, se félicite de cet accord d’autant plus qu’il sera mis en place dès le mois de mai pour tous les employeurs adhérents des organisations patronales.

La CFDT devient le premier syndicat chez Quick France

Les 1730 salariés de Quick France étaient invités à choisir leurs représentants à l’occasion de l’installation du CSE.

La CFDT n’a pas manqué d’appétit pour grignoter une bonne part des voix à la CFTC et à la CGT qui étaient jusque-là devant elle. Dorénavant, la CFDT est le premier syndicat chez Quick et l’équipe se tient déjà prête à faire de la confiance accordée par les salariés sa boussole pour obtenir de nouvelles avancées.

BCD Travel : topissime

L’équipe BCD Travel (agences de voyages) a fait un score extra aux élections CSE en faisant 100% des voix et l’ensemble de ses 16 candidats élus (8 titulaires, 8 suppléants).

La CFDT a trouvé son équilibre dans une équipe alliant des représentants expérimentés et de nouveaux engagés.

Solides dans leurs positions, le bilan de la mandature précédente est impressionnant : actions réussies pour l’embauche, l’adaptation de matériels, des avantages sociaux incrémentés, des alertes de sens sur les stratégies de l’entreprise, la négociation d’avantages collectifs et l’accompagnement et l’information permanents des salariés.

La Fédération des services félicite toute l’équipe, coordonnée par leur hardi DS François Poittevin et leur souhaite plein de réussite pour une mandature qui ne sera pas sans efforts, mais avec des avancées encore.

Outils

Partenaires

A propos